2011 Juillet/Août

Une cacophonie au niveau des oreilles

de Philippe Barthelet

Une femme de 54 ans, divorcée, deux enfants, vient en octobre 2007, demander de l’aide : « J’ai besoin d’aide sur le plan nerveux, j’ai une hypertension artérielle à 19. C’est vrai je travaille beaucoup. »

En 1998, suite à deux otites, elle a présenté des acouphènes qui résistent à tout traitement. « Cela m’angoisse, c’est un état de pression très fort. Je suis irascible, tout m’agresse. » (Elle parle avec les mains) « Je ne peux pas ne pas travailler. Cela me ronge de l’intérieur. Je suis à fleur de peau, je démarre au quart de tour. Je suis volubile, je parle et cela fait monter ma tension. Je suis  angoissée, c’est la cacophonie aux niveaux des oreilles. Je suis à la limite de la folie, les sons sont différents à droite et à gauche. Cela vibre, les sons sont mélangés, mes oreilles sont cassées. Aves les vasodilatateurs, j’ai cru devenir folle, je ne pouvais plus rien entendre. » 

« Je panique, j’ai du mal à gérer ma peur. J’ai peur de devenir folle avec ses bruits qui arrivent de l’extérieur, je m’entends parler, les sons font vibrer mes tympans. C’est jamais pareil, c’est la cacophonie. Je n’ai jamais été peureuse, mais mes oreilles ont toujours été mon point faible. J’ai fait beaucoup d’otites enfant. Les bruits rentrent dans mes oreilles, c’est un chaos terrible, je vais devenir folle. »

« En 1998, j’ai fait cette otite à virus, en même temps ma fille était anorexique grave. Elle a été hospitalisée, j’ai vécu un calvaire. J’entendais des horreurs de la part de ma fille. Je devais l’écouter, l’aider. Elle n’est plus en danger mais mange toujours mal. Ma fille m’a reproché d’avoir mis la barre trop haut, je pensais bien faire. »

« J’ai  divorcée en 1980, ma fille avait 3 ans. Ma fille a eu de gros problème avec son père, il oubliait les rendez-vous avec elle. J’ai menti pendant des années à ma fille : Papa travaille beaucoup… Je me sentais impuissante et seule avec ma fille. Les psychiatres ne m’ont pas aidé, j’étais la pestiférée, le bouc émissaire. Il fallait l’éloigner de moi. J’ai sorti ma fille de l’hôpital et mis chez ma sœur. Cela c’est mal passé, je l’ai repris, elle a été mieux quand elle est tombée amoureuse. Elle me démolissait, mais elle a senti ma détermination. Doucement, c’est reparti. Je ne dis toujours rien.»

Elle a un rêve répétitif : « Je suis poursuivie par des taureaux. C’est jamais pareil, j’ai peur pour les autres, mes filles, ma sœur qui est en danger. Le taureau me frôle, mais ne ma jamais touchée. Ma solution dans le rêve : il me suffit d’être un peu en hauteur pour m’échapper. Mais c’est une hauteur ridicule, une chaise me suffit. Ma peur est pour les autres.

Elle a d’autres rêves : « Je perds mes dents, c’est affreux ; J’ai des cauchemars farfelus, tout est mélangés, des flashs de ma vie : je dansais, j’étais joyeuse, je chantais, heureuse. J’existais, j’étais reconnue. J’adorais danser, chanter quand j’étais jeune. J’aime aujourd’hui chanter dans les groupes de prières ; chanter, c’est aimer. »

« Ma sœur est morte il y a un an et demi, après trois cancers. Il y a des choses qu’on ne veut pas entendre. Elle me manque beaucoup. Avec cette mort, j’ai compris qu’on avait eu une mère dure. Mes parents ont divorcés. Pendant des années, ma mère m’a déversé des tas de choses. Après la mort de ma sœur, il y des choses que je ne pouvais plus supporter. Depuis ma mère est fâchée et ne me téléphone plus. Je l’appelle encore, mais je ne veux plus entendre des horreurs sur mon père.

« Je n’ai pas évacué ma peur pour ma fille. » Elle pleure!!! « Ma fille a tout pour elle, elle est intelligente. Je voie sa souffrance qui est terrible. C’est un gâchis! C’est dur de ne pouvoir aider ses enfants.

Prescription : Latrodectus Tredecimguttatus  15ch-30ch-1000k, en trois jours, en octobre 2007

Suivi :

Février 2011 : « Avec la dernière dose, j’ai repassé le film de ma vie à l’envers.

J’ai revécu toutes mes peurs, de façon différente. C’est incroyable, même le taureau de mon rêve qui était noir, est devenu un taureau blanc, paisible et calme ; elle n’avait pas donné la couleur du taureau en 2007. Je vais bien, je suis en accord avec moi-même, je vis ce que j’ai envie. Ma tension c’est normalisé sans autre traitement. J’ai toujours mes acouphènes, mais je les supporte bien. Je n’ai plus rêvé de taureaux.

Pas de prescription

latrodectusAnalyse du cas :

Les mots clés :

Je travaille beaucoup

Tout m’agresse

Volubile

A la limite de la folie

Pestiférée

Ma fille me démolissait

Poursuivie par un taureau

Ma sœur est en danger

Danser, chanter

Le règne :

Animal ; elle est poursuivie par son animalité.

Sous branche : Arachnides

Le rythme est vif et intense

Hyperactivité

Danse et musique

Peur soudaine de la mort

Agression, impulsivité

Quelle arachnide?

Rêve de taureau : Tarentula Hispanica.(1-4)

Question de la souche :

Depuis les travaux d’Agnés Flour qui parle d’une confusion sur la souche, et recommande de prescrire Latrodectus Tredecimguttatus à la place de Tarentula Hispanica, je donne donc : Latrodectus Tredecimguttatus/Tarentula Hispanica.

Les oreilles :

Cette observation nous parle d’une cacophonie dans les oreilles. Dans le répertoire Synthésis de radar nous relevons au chapitre des oreilles: des bruits de bourdonnement, de craquements en particulier à droite (1-8), des sonnerie en se réveillant (1-7), des rugissements, des vrombissements, chantonnements comme un bouilloire (1-2), des claquements secs le soir (1-1), des sifflements. Donc une belle cacophonie qui nous éloigne de la musique céleste et de l’harmonie des sphères.

Le répertoire retrouve aussi une inflammation douloureuse : douleur piquante, lancinante, lacérant à droite (1-1), constante et sourde, paroxystique, déchirante.

Nous pouvons faire le lien facilement entre l’intensité et le rythme des douleurs, des acouphènes et le mental paroxystique aussi. Rappelons-nous que cette patiente à un passé d’otites de l’enfance, et que tout à commencé avec une otite.

Répertoire : écoulement abondant, copieux (1-13), séreux (1-5). La cacophonie se retrouve sur tous les plans.

La musique et le rythme :

Une musique forte, tonitruante et frénétique lui fait du bien (2-1).

Dans la recherche d’une polarité qui exprimerait la faille de ce remède, nous nous sommes donc intéressé  à sa relation  à la musique, au son, au Verbe. D’un côté une cacophonie interne qui s’exprime dans les acouphènes, de l’autre côté, seule une musique tonitruante lui fait du bien.

Nous avons fait l’extraction dans le répertoire du mot musique, en lien avec ce remède (Tarentula Hispanica) :

Excitation en entendant de la musique (2-7)

Hystérie améliorée par la musique (3-1)

Désir de musique chez les nourrissons pendant l’allaitement (1-3)

Agitation en entendant de la musique (1-3)

Tranquillité, calmé par la musique (1-1)

Pleurs en entendant de la musique (1-28)

Regard fixe en écoutant de la musique (1-1)

Rétention d’urine améliorée en écoutant de la musique (1-1)

Miction retardée, doit attendre pour que l’urine sorte, peut uriner uniquement en écoutant de la musique (2-1)

Agitation améliorée par la musique (3-1)

Transpiration abondante, aggravée par la musique (2-1)

Chorée améliorée par la musique (1-1)

La transe ou le voyage initiatique :

En regardant cette liste de symptôme, il est facile de reconnaître une ambiance de « Boite de nuit ».

La caverne, la musique rythmée et tonitruante, les lumières vives, l’alcool, les drogues, le sexe. Tous ces thèmes appartiennent à ce remède. C’est une ambiance hypnotique (regard fixe en écoutant de la musique). Danse sauvage, de manière frénétique (1-9)

Dans les sociétés traditionnelles, on peut retrouver ce type d’énergies lors de pratiques rituelles de danses collectives en cercle, de chants, toutes techniques basées sur le souffle et le rythme. Lors de ces séances, des phénomènes de type hystériques sont fréquents.

Chante jusqu’à l’épuisement (1-1)

Excitation, danses, chants et pleurs (1-1)

Mouvement constant des membres inférieurs (1-1)

Des membres supérieurs (1-2)

Illusion, ses jambes sont coupées (1-7)

Chorée, impossibilité de marcher, il est obliger de courir ou de sauter (1-1) 

Le but n’est pas là, il est dans la recherche de l’extase, d’un orgasme cosmique, d’une fusion avec le grand tout. On l’appelle le petit voyage ou la petite mort, par opposition au grand voyage, à la grande mort qui mène à la grande Paix : Désir de cendres (1-1), de sable (3-2)

On retrouve le symptôme qui exprime ce désir fusionnel d’amour : folie d’amour déçu (1-1)

Il est curieux de noter que celui qui mène le rythme par le chant, tient sa main droite collée à son oreille droite comme s’il était à l’écoute d’autre chose. Pour celui ou celle qui rentre dans cette ascension, les yeux fermés, des couleurs apparaissent très vite.

Illusion, vision enfermant les yeux (1-35)

Aversion pour les couleurs vives (1-3)

Aversion pour les couleurs fortes (3-1)

Amélioré par les couleurs vives (2-2)

Désir de couleurs foncées (1-1)

Chorée améliorée par des lumières vives (1-1)

Il passe du noir de son âme :

Aversion pour la couleur noire (2-16)

Peur de tout ce qui est noir (1-5)

Et s’élève vers des cieux plus radieux :

Désir de couleur bleu (1-18)

Ou bien, puisque l’homme est libre :

Aversion pour la couleur bleue (1-6)

Aversion pour la lumière, fuit la lumière (1-9)

En fait, nous voyons défiler toutes les couleurs, avec soit désir, soit aversion pour une couleur : le noir, le rouge, le jaune, le vert, le bleu. Chaque couleur correspond à un état spirituel, ou bien plus communément à l’énergie activée d’un chakra.

Des visions apparaissent de différents personnages, des Saints, des Prophètes, selon la Tradition concernée.

Illusions religieuses (1-21)

Illusions de choses non vu (1-1)

Lartrodectus/Tarentula Hispanica voit par contre des visages hideux :

Illusion, voie des gens noirs, des objets noirs (1-7)

Illusion, voie des visages en fermant les yeux (2-17)

Illusion, voie des visages diaboliques se pressant autour de lui (1-4)

Illusion, voie des visages laids et hideux (2-22)

Ce voyage vertigineux se fait en chevauchant l’énergie sexuelle (Kundalini) pour l’élever au plan spirituel :

Illusion de flotter dans les airs (2-91)

Désir sexuel violent, aggravé par le coït (2-1)

Chorée avec nymphomanie (1-1)

Douleur du coccyx après l’accouchement (1-2)

Erection pendant le vertige (1-2)

Vertige amélioré à cheval (1-1)

Rêve de tomber de cheval (1-1)

L’énergie remonte au cœur :

Douleur de l’ovaire gauche s’étendant au cœur (1-2)

Douleur des ovaires accompagnée de trouble cardiaque et de dyspnée (3-1)

Douleur au cœur en touchant le rachis (1-1)

Sensation de torsion dans le cœur, comme si le cœur se nouait (1-3)

Douleur au cœur pendant le stade de frisson (1-2)

Palpitations cardiaques tumultueuses, véhémentes (1-1)

Palpitations cardiaques en se lavant les mains à l’eau froides (2-1)

Pulsation aortique (1-3)

Le retour, l’atterrissage se fait plus ou moins bien :

Tristesse en rentrant à la maison (1-2)

Tristesse après excitation sexuelle (1-1)

La dissimulation :

Désir attaquer les gens (3-6)

Aversion à la présence d’étrangers pendant la miction (1-6)

Rusé (1-15)

Cynique (1-12)

Trompeur (2-50)

Penchant à détruire en étant seul (1-1)

Penchant à détruire de manière rusé (2-1)

Dégout, conscience du caractère anormal de son état d’esprit (1-1)

Simule un malaise par crise (2-1)

Simule la maladie (2-22), chez les enfants (1-17)

Cacher, désir de se cacher (1-40), chez les enfants (1-6), par peur de se faire agresser (1-1)

Kleptomanie, vole de l’argent sans nécessité (1-4)

Rire moqueur (1-1)

Menteur (1-32)

Ne supporte pas d’être regardé (1-47)

Regarde dans toutes les directions pour observer les réactions des gens à ses actes (1-1)

Manipulateur (1-11)

Cyclothymie soudaine (1-1)

Parfum, aime utiliser (1-11)

Tristesse comme s’il était en faute (1-1)

Frapper, tendance, quand on ne l’observe pas  (1-1)

Timidité chez les enfants (1-28)

Pleur quand on le regarde (2-6)

Conclusion provisoire :

Nous avons voulu élargir notre vision de Latrodectus Tredecimguttatus/Tarentula Hispanica.

Les règles, les principes, c’est tout ce que refuse Latrodectus/Tarentula. Il se perçoit comme un esclave. Mais au fond de lui, il sait qu’il se trompe, alors il trompe les autres sans être dupe de lui-même. On comprend mieux alors les rituels  sacrés avec danses rythmiques. Elles canalisent l’animalité en l’homme en se mettant à l’écoute de l’inaudible. Plus que l’image du Taureau, c’est celle du cheval qui s’impose : depuis le cheval noir des ténèbres du monde chthonien jusqu’au coursier céleste blanc ouranien, monture des Saints et des Prophètes, le cheval nous invite à devenir plus humain.

Pour cela il lui faudra passer la dernière épreuve des eaux matricielles, de la régression in utéro où le souvenir d’un battement sourd et rythmique le hante encore :
Désir de se baigner (1-8), aime l’eau (1-20)
Illusion que son corps est rapetissé (1-34)
Désir de musique chez les nourrissons pendant l’allaitement (1-3)

Folie d’Amour.

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories: Cas
Mots clés: travaille énormément, volubile, folie, danse, chant, rêve de taureau, acouphènes, hypertension
Remèdes: Latrodectus tredecimguttatus

partager avec un ami

Envoyer un commentaire

  • Champs marqués avec un * sont obligatoires.