2010 Novembre

Plutonium nitricum: il a perdu sa lumière intérieure

de Marie Luc Fayeton

Homme né en 55. Il a pu quitter la drogue en 75-79 grâce à Sulfur et Natrum muriaticum, et l’amour de sa femme. Puis il a eu divers remèdes.

Consultation du 22/12/00

P: « J’ai un chagrin d’amour … avec ma femme. Elle m’a appris certaines choses, une tuile sur la tête. Attention, elle ne m’a jamais trompé mais j’ai amplifié; un petit flirt sans conséquence avant que nous nous rencontrions. J’ai été étonné d’être comme ça.

Après Crotalus cascavella, j’étais bien. Je me voyais toujours devant une porte fermée, ça a disparu. J’ai une haine que j’ai toujours connue, qui vient de très profond, depuis l’enfance. »

Pensant aux thèmes de la vengeance et de poignarder dans Crotalus cascavella, je lui demandais: « Auriez vous désiré vous venger du premier flirt de votre femme? Est-ce que ça vous soulagerait de lui mettre un couteau dans le dos? »

P: « Non, pas dans le dos, en face. Un duel. Même si je perds. Je me dis : tu as le diable dans le corps. Moi, je suis agnostique, j’admire ceux qui ont la foi, leur problème est réglé. Moi je n’arrive pas à me situer, et en plus, cette haine. »

godlikeMLF: « Vous ne pouvez pas avoir la foi, puisque tout votre désir est d’être Dieu. » Il a encore la nostalgie de ces états où il se droguait et où il avait l’impression « d’être Dieu, d’avoir la connaissance de toutes choses, d’être Dieu ».

P: « Oui, j’ai envie de remettre ça, je désire ça, c’est fou. Je suis étonné d’être comme ça. Je sens que ce serait très facile d’être un tyran, ils en tirent un sacré plaisir (en réalité, c’est un homme très gentil). Faire le bien dans l’anonymat, c’est dur,  j’aimerais, mais je n’arrive pas à faire ce pas. Je peux être un pitbull si je ne me raisonne pas, si je ne me retiens pas. J’étais méchant quand j’étais gamin, je tapais, et après, j’étais pervers. Je trouvais les mots qu’il fallait pour torturer les gens; on peut tuer avec les mots. Même avec les animaux, je coinçais un chien, je tapais dessus. Mon père m’avait acheté une carabine à plombs, je tirais sur tout ce qui était vivant, sans pitié; j’exterminais les lézards, les poules, je ne me posais pas de questions. » (Jeremy Sherr voit dans Plutonium nitricum la violence sans la mise en marche de l’intelligence). 

« Et puis, il y a eu la drogue, un milieu d’intellos, non-violents, ça s’est stoppé cette violence; certains m’ont ouvert l’esprit. Quand je viens vous voir, j’ai l’impression de me droguer, de venir chercher mon produit, je ne peux pas m’en passer. Est-ce que c’est bien honnête? Je ne supporte pas au-dessus de moi. J’agis trop basiquement par instinct. J’ai lu la Bible sous LSD, je n ‘ai pas pu, j’ai été ébloui par les pages; une énorme lumière sortait du livre, violente, pour ne pas dire méchante, comme un flash que vous envoyez dans les yeux. Je n’ai pas pu lire, j’ai fermé. »

innerlightAnalyse:

Cela m’évoque tout de suite le thème de la lumière chez Plutonium: il a perdu sa lumière intérieure et refuse la lumière qui émane des autres, de l’extérieur. Son moteur, il ne le cherche qu’à l’intérieur de lui-même; les grands hommes ne l’intéressent pas, la lumière est insupportable, il ne se nourrit pas de l’extérieur, et dès qu’il n’arrive plus à puiser à l’intérieur la lumière, il désespère pour le monde entier. Il veut devenir divin par sa lumière intérieure, il ne veut pas avancer par une lumière extérieure. Résultat: il est plongé dans une  nuit noire qui devient si consistante qu’elle le pénètre et l’envahit comme les mauvais esprits dont il a peur.

Plutonium veut se transcender et transcender toute chose en s’illuminant de l’intérieur par sa propre lumière; il veut être une lumière puissante qui ordonne le chaos par sa vibration.

Prescription: Plutonium  nitricum 1M

Suivis :

Janvier 2001: « Ah ça va très bien! Ah oui! Je reviens pour un lumbago que je me suis fait en tirant des palettes de 330 kgs (la force brute sans sagesse: Plutonium nitricum). Je continue avec Plutonium nitricum dans l’eau et secoué.

Mars 2002: « Ça va mieux. Pendant une période, je n’avais aucune douleur, de nouveau des raideurs des sacro-iliaques depuis un mois, et de nouveau agressif. Pas la haine du matin au soir et la nuit, comme avant, j’arrive à zapper, mais un moment de haine après une contrariété rentrée.

Février 2003: Va bien, revient pour son dos, raide certains matins. Des douleurs sourdes, un manque de souplesse. Il n’a plus jamais eu « les crises épouvantables de douleurs abominables » d’autrefois, et pourtant il porte des cartons de papier de 40 kgs plusieurs fois par jour. La haine? « Ça va beaucoup mieux, ce n’est plus obsessionnel, j’ai bien compris que c’est en moi; c’est facile d’être violent pour se soulager. Un moment j’ai eu l’impression que je suis venu sur cette terre pour briser cette chaîne de violence de ma famille. Je n’aurais jamais pu continuer à vivre comme j’étais, c’était l’enfer, je ne vivais qu’avec mes souffrances passées, comme une drogue pour attiser la  haine. » Je lui prescris Plutonium nitricum 30CH

Février 2004: Va bien, de nouveau mal au dos et fatigué. Je continue Plutonium nitricum 30 CH.

Evolution

Il reprendra efficacement Plutonium nitricum XM en mai 2005 pour une crise d’hémorroïdes; LM en mars 2006 pour mal à l’estomac, suite à des tensions professionnelles; 200 en mai 2006 pour une bronchite, avec un rêve de monstres dont un qui l’attrape.

En février 2007,  il revient pour mal de ventre la nuit ou le matin, ça serre, ça tord. « Autrefois le passé me hantait, maintenant c’est le futur. » Je lui donne Anhalonium sur un rêve.

En juin 2007, encore les maux de ventre, les hémorroïdes qui démangent, il me reparle de sa haine qui revient en bouffée de temps en temps, et qu’il analyse: « Pourquoi d’un seul coup j’ai de la haine envers les gens? J’ai compris que c’est la jalousie; jalousie haineuse. J’ai mis des mots là-dessus. Et il me donne des exemples: « elle t’a rien fait, elle a ce que tu n’as pas. » Je prescris Plutonium XM+1.

En septembre 09, un mal de tête comme si ça allait exploser est calmé avec Belladonna. Dans l’ensemble, il va bien.

En août 2010, il est encore anxieux, anxiété d’anticipation sur des événements professionnels depuis juillet. Cependant, c’est un homme transformé depuis Plutonium, sorti de «l’enfer », selon ses propres mots. Il faudra sans doute le redonner.

Photos: Wikimedia Commons
The Helix Nebula: a gaseous envelope expelled by a dying star; NASA, ESA, and C.R. O'Dell (Vanderbilt University) Chicago, Illinois.
In the waiting room of the Union Station; Jack Delano

 

 

Catégories: Cas
Mots clés: haine, violence, méchanceté, comme un dieu, perte de lumière intérieure, drogues
Remèdes: Plutonium nitricum

partager avec un ami

Envoyer un commentaire

  • Champs marqués avec un * sont obligatoires.