2013 Décembre

Petite histoire des remèdes Matridonaux: Incarnation - du Ciel à la Terre

de Melissa Assilem

La découverte des remèdes matridonaux m'a fait voyager vers un monde de confirmations, tout en expansion et plein de merveilles. J'ai toujours pensé que nos remèdes avaient beaucoup à nous apprendre, et cela s’est très souvent confirmé tout au long de ce chemin ; pour moi, il n’a cessé d’être instructif. Je fus en quelque sorte, conduite vers ces remèdes et ce n’est que quelques vingt années plus tard, lorsque la dernière expérimentation du remède fut terminée, que je compris la raison de ma quête. Elle a renforcé ma certitude de faire confiance à la vie, et d’être à l'écoute de mes intuitions et observations.

L’idée que ces remèdes ont une forte « odeur » pré-miasmatique s’est elle aussi trouvée confirmé.  Je ne fais qu’évoquer cette idée et laisse à d'autres le soin de méditer et peut-être d’élargir le débat car celui-ci irait bien au-delà de l’espace qui m’est ici offert. ; je l’aborde cependant en quelques mots dans le chapitre sur Placenta.

Bien que chacun de ces remèdes ait un goût et une orientation particulière, ils sont tous membres de la famille humaine et reflètent une perte ou un manque d'humanité. Pour autant que nous sachions, à l'heure actuelle, nous sommes la seule espèce ayant conscience de posséder une âme, d’avoir le sentiment d’un but à atteindre et une identité unique dont nous sommes constamment à la recherche. Tout cela est évident dans ces remèdes.

Il est courant pour nous homéopathes de demander à nos patients de nous raconter leur naissance, mais le début du voyage se situe en fait à la conception. Le temps passé dans le ventre de notre mère met en place des schémas profonds marquant le reste de notre vie. Ces remèdes sont tous relatifs au commencement de notre voyage terrestre, et en tant que tels, peuvent guérir de très profondes blessures survenues lors de la formation fœtale. Ces substances sont là pour la création de notre humanité, c'est en fait leur seul but, car elles sont éliminées dès qu’elles ne sont plus nécessaires.

Dans toutes nos expérimentations, on trouve autant de symptômes positifs que de symptômes de détresse ; symptômes guéris et symptômes morbides qui avec rêves et images constituent les thèmes de ces remèdes.

Les remèdes Matridonaux de la famille humanum

breastfeedingLac humanum

L'idée de Lac Humanum prit forme en 1987 car, à l’époque, je traitais beaucoup de cas de VIH et de sida. Je cherchais quelque chose de très spécifique qui permettrait au système immunitaire endommagé d’être renforcé. J'observais alors que le simillimum agissait rarement du fait d’un système immunitaire se retournant continuellement contre lui-même ; une sorte d’auto-cannibalisme. Mon idée à ce moment-là était que si le lait de notre mère pouvait aider à créer un système immunitaire fort, alors peut-être qu’une dose homéopathique pourrait aider à le rééquilibrer. A cette époque, il n'y avait pas de nouvelles expérimentations des Lacs ; nous n'avions que les laits de chien, de chat et de vache. (Plus tard, dans les années 90 et 2000, une belle série de laits de mammifères a été introduite.) J’avais onze femmes qui allaitaient comme patientes à ce moment-là. Celle à qui j'ai demandé d'être le donneur avait une relation incroyablement proche avec son bébé. Une belle étude de Lac humanum a été faite par Jacqueline Houghton & Elizabeth Halahan et j'ai moi-même écrit sur ce remède dans mon livre The Mad Hatter’s Tea Pary, mais encore à son stade embryonnaire, puis, beaucoup plus tard dans « Gift’s of the Mother : The Matridonal remedies.

Aujourd’hui, Lac humanum est largement utilisé. Le travail que Tinus Smits a fait sur lui, en le nommant « étape universelle » a grandement enrichi et élargi son profil. Il a mis en mots ce que je ne pouvais synthétiser à partir des connaissances que j'avais. C'est pourquoi l'utilisation clinique des remèdes est si nécessaire pour élargir notre compréhension. Maintenant, je vois que c'est la substance maternelle qui nous guide vers notre humanité, nous aide à être fermement incarné, enraciné (dans la terre), nous humanisant, nous transmettant le don d'empathie et la capacité à lier aux autres et de participer ainsi à la vie en tant que membre de l'espèce humaine. Elle crée l'empathie, nous met carrément dans notre corps et aide notre âme à pénétrer notre être physique. Tous ces remèdes ont ces aspects, mais c’est encore plus évident avec Lac humanum Il a aidé (comme la plupart des autres remèdes matridonaux) beaucoup d'enfants autistes à aller vers les autres et à se joindre au monde.

Je tiens à dire ici que, de par mon expérience, si le remède s’avère indiqué, il ne faut pas l’éliminer d’office si le client / patient a été nourri au sein. C'est un mythe que j'entends assez souvent, hélas.

Quelques mots-clés et thèmes de Lac humanum

Manque d'humanité, pas dans son corps, physiquement mal à l’aise, maladroit, sans repère spatial, non enraciné

Se sent seul, abandonné, isolé, manque de concentration, détaché ; se sent exclus, mais ont les sens très aiguisés

Digestion difficile tant de la vie que de la nourriture

Folliculinum

C'est un remède que j'ai découvert en 1987, l’année où j'ai créé Lac humanum (étonnamment, je n'ai pas fait la relation à cette époque). Il a été présenté par le Dr Donald Foubister qui était à la Faculté du Royal London Homeopathic Hospital. (Il nous a également présenté Carcinosinum, également membre de la famille Humanum) L'homéopathe belge, la merveilleuse Lea de Mattos a fait une étude clinique très complète sur ce remède.

À l'époque j'avais un cabinet à Londres, dont environ 95% des patients étaient des femmes. Dans bien des cas, il s’est avéré que leur problèmes de santé semblaient désigner la pilule contraceptive. « La pilule » a été autorisée et mise sur le marché le 9 mai 1960, après des recherches de très mauvaise qualité. Plus tard elle fut discréditée car la plupart des femmes participant aux essais avaient cessé de prendre leurs doses parce que la pilule les rendait malades. La presse et de nombreux groupes féministes ont salué l’évènement comme un facteur important de la libération de la femme, nous donnant enfin le contrôle sur notre propre fertilité. Quand nous regardons en détail l'image dévalorisante de ce médicament, nous voyons que ce fut une belle supercherie.

Quelques mots-clés et thèmes de FOLLICULINUM

Se sent comme sous le contrôle d’un autre ; vit selon les attentes des autres ; asséché émotionnellement et psychiquement ; accro à vouloir sauver les autres à tout prix ; comme un paillasson ; plein de déni de soi ; oublie qui il est ; aucune personnalité ; aucune conscience de soi ; mal à l’aise avec ses rythmes biologiques ; ne se permet jamais de dire "non".

Il existe ici une relation très étroite avec Carcinosinum.

Je crois que ce médicament, donné à une population en bonne santé, a créé un miasme. Il a certainement passé son poison de générations en générations. J'ai trouvé que c'était un remède étonnant pour réparer les dégâts de toutes les sortes d'abus d'hormones : DES ; Thérapie hormonale post-ménopause ; traitement hormonal de l'acné, etc. J'ai appris de plus en plus de choses à ce sujet. J'ai présenté mes conclusions à la Conférence de la Société des Homéopathes de 1990 à l'Université de Nottingham en Angleterre. Cette conférence a ensuite été publiée dans leur journal et peut maintenant être consultée sur le site Internet : http://www.homeopathyhome.com/reference/articles/follic.shtml

J'ai souvent constaté qu’une femme qui avait été mise sous « pilule » ne répondait pas bien à des remèdes pourtant bien ciblés et que les symptômes étaient souvent pires à la fin du cycle, avant les règles. Après Folliculinum, elle retrouvait son pouvoir ; comme si sa force vitale se libérait de ses entraves. Une image plus nette apparaissait et des remèdes plus personnalisés pouvaient alors faire leur travail.

Ce n'est que longtemps après avoir terminé les expérimentations sur Liquide amniotique et Cordon ombilical, quand je faisais mes recherches sur l'embryogenèse humaine, que j'ai appris que juste avant notre voyage hors du ventre maternel, nous sommes saturés d'œstrogène/estrogène, ce qui, littéralement, met fin au processus de grossesse, en stoppant l'action de la progestérone qui avait maintenu cette grossesse. Lorsque l'on regarde l'image de Folliculinum, avec ses symptômes très forts de perte d'identité et de sentiment d’être contrôlé par un autre, il devient clair que s’y ajoute encore la perte d'individualité, la force vitale réduite, et le symptôme dominant, « l’oubli de qui ils sont. » Ma pensée peut ici paraître peu habituelle, mais ces derniers moments de lien physique avec notre mère terrestre, et l’endroit où notre âme séjournait avant la conception, s’évanouissent pour laisser la place libre à une nouvelle vie  sans regret d’avoir laissé quelque chose derrière nous. L'oubli peut donc être considéré comme un don, permettant de surmonter les affres de la séparation.

Placenta humana

L’expérimentation s’est faite au Welsh College of Homeopathy sous la conduite de leur directeur : Linda Gwillim.

« Peur de manquer » est le thème traditionnel du miasme psorique. Je vois ce thème dans Placenta, mais dans une sorte de forme pré-miasmatique de la gale. Ce n’est pas tant la « peur » elle-même mais le « savoir » qu'il n'y a pas assez. Ce n'est pas un état de peur mais un état d'inertie – « à quoi bon » - résignation et impuissance.

Dans l'embryogenèse humaine, jusqu'au moment où le placenta commence son travail, le fœtus est en charge de son propre développement, mais dès l’instant où le placenta prend le relais, la nouvelle vie perd le contrôle. Il y a un très fort code métaphorique dans cette substance. Donné comme remède, il permet le retour d’un sentiment de but à atteindre et le voyage vers l'autonomie et l’indépendance recommence.

Quelques mots-clés et thèmes de l’expérimentation et de l’expérience clinique de Placenta

Résignation mais à contrecœur ; apathie ; impuissance ; toujours dans l'ombre des autres.

Comme en voyage ; se permettre au soi d’émerger ; récupération ; éveil ; couper les liens ; trouver son potentiel. Individualité ; terminer les vieux travaux ; amélioration de la relation avec la mère, et sentiment d'autonomie.

vernixVernix caseosa

Le vernix est la couche laiteuse, cireuse et grasse qui se forme entre la dix-septième et la vingtième semaine de gestation et qui habituellement disparaît avant la naissance. Il arrive cependant que le nouveau-né en soit encore couvert à la naissance. Ce phénomène est fréquent chez les mammifères aquatiques, mais nous sommes les seuls animaux terrestres dont le petit soit couvert de cette substance. Elle est constituée du même matériau que celui qui est produit par nos glandes sébacées lorsqu’elles deviennent actives au cours de la puberté. Sur le plan biochimique, il contient de la vitamine K et est antibactérien. Toutefois, le code métaphorique révèle ce plan biochimique à un autre niveau. Comme remède, c’est un protecteur à beaucoup de niveaux ; il offre un large éventail de cadeaux ayant trait à la « protection », le  mot-clé de ce remède.

Quelques mots-clés et thèmes de Vernix

Grande porosité. Le sentiment de ne pas être protégés, d’être agressés, voire empoisonnés

Submergés

Comme s'il n'y avait pas de barrière entre eux et le monde

J'ai utilisé Vernix en cas d'abus, quand les limites qui avaient pu exister avaient été violées ou bafouées, et que la terreur les avait remplacées. Il a été particulièrement utile dans les symptômes de maladies dues à l'environnement, de fatigue chronique, d’allergies et des syndromes autistiques. Ces personnes vivent comme s’il n’existait aucune barrière entre elles et le monde extérieur, devenant ainsi extrêmement vulnérables à toute attaque, la plus subtile soit elle. Comme dans tous les remèdes Matridonaux, il ya une perte ou un manque du sentiment d'identité.

« Vernix nous permet de rester en contact avec le monde extérieur à tous les niveaux sans être submergé par lui et de savoir discerner nos propres sentiments de ceux des autres, sans les confondre. » Tinus Smits

Aqua amniota humana

L’expérimentation en a été faite lors d'un séminaire d'une semaine sur l'île égéenne de Lesbos. Comme dans l'ensemble de nos remèdes d'eau, il y a un élément de profond chagrin présent dans celui-ci. Un sentiment que quelque chose nous manque, un problème non résolu, une soif de retour à ou vers quelque chose, un sentiment d’être perdu et même abandonné. Dans mon livre, un cas illustre bien ces états : quand la patiente sent qu'elle a fait quelque chose de mal, elle veut aller sous l'eau, non pour mourir, mais pour disparaître avec sa honte. Il y a ici une réactualisation de ce qui s'est passé quand elle était dans l'utérus. Ce remède pour moi, plus que tous les autres, permet de rappeler notre âme, de nous ramener à quelque chose de perdu, volé ou oublié, dans un lieu où nos démons se cachent. Bien que cachés, ils peuvent nous dominer comme une menace silencieuse. Dans le cas mentionné, le remède lui a donné une voix qu'elle pouvait entendre, et lui a apporté une guérison très très profonde.

Pour tous ces remèdes, définir un classement par rubriques est très difficile, car ils semblent avoir une portée universelle, trop large pour en faire un classement exhaustif, mais leur spécificité d’action sur notre développement dès nos premiers instants est indéniable.

Le symptôme le plus significatif dans cette expérimentation était qu’ils avaient l’idée de pouvoir respirer sous l'eau. Il y avait des dessins ou des images représentant l’utérus, ou le fœtus dans l'utérus. Je dois ici préciser qu’il ne s’agit pas seulement du voyage utérin, il peut aussi s’agir d’autres moments de la vie où une partie importante de soi-même a été perdue, entraînant le sentiment de ne plus être entier. 

Quelques mots-clé et thèmes de Aqua amniota humana

Profonds sentiments sous-jacents de chagrin

Sensation de pouvoir respirer sous l'eau

Sensation d’être comme dans l'utérus, sous l’eau

Reconnaissance de soi

Sentiments de confinement, protection, sentiments d’être contraints

Sens amplifiés (un symptôme commun à tous ces remèdes)

Distorsion du temps, problèmes respiratoires

Cordon ombilical

L'expérimentation de ce remède a été faite en Grèce à partir de celle, améliorée, de Liquide amniotique. (voir le chapitre six, page 70 : Gifts of the Mother – The Matridonal remedies)

C'est le remède matridonal qui est en lien le plus étroit avec l'âme. La double séparation d'avec notre mère terrestre et du lieu dont nous venons, peut provoquer une déconnexion profonde. Ce remède est plein de liens coupés, de perte d'un lieu d’appartenance, de soif de reconnexion et d’inclusion, d’un laisser-aller de profonds regrets, ainsi que des merveilleux symptômes de guérison de l'acceptation de soi et d’éclairer les problèmes existants. Les codes métaphoriques de ce remède sont nombreux, et lorsque nous pensons à la signification de ce cordon connecteur, nous pouvons le comprendre très clairement, quelques mots que nous employions. Une expérimentatrice l’a décrit comme la capacité de « déployer ses ailes ».

Quelques mots-clés et thèmes de Cordon ombilical

Problèmes d'identité, d'estime de soi, d'appartenance ou non, erreurs commises.

Connexions/déconnexions, choses perdues.

Perte de libido ; cela pourrait être décrit comme désir de la Vie pour elle-même

Ne pas aimer son propre corps, et apprendre à l’aimer, sentiment d'être défiguré.

Images d’anges, langage profondément spirituel, et problèmes d'innocence.

En conclusion, je tiens à dire encore une fois que mon voyage à travers tous ces remèdes Matridonaux a été profondément spirituel. Je pense souvent que, si j'ai un ange gardien, c’est lui qui m’a fait ce cadeau. Faire des expérimentations approfondies a également permis à ceux d'entre nous qui y ont participé, de faire l'extraordinaire expérience de toucher à une des énergies universelles qui composent notre univers tout entier et dont nous faisons partie. Nous l’avons expérimenté sur un plan magique et métaphorique. L’Homéopathie a enrichi ma vie bien plus que je ne peux l’exprimer. Merci très cher Samuel.

Photos:
Flickr; My sweet baby is one; Paxye; Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 Generic
Wikimedia Commons; Postpartum baby; Tom Adriaenssen; Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic license

Catégories: Familles
Mots clés: remèdes Matridonaux
Remèdes: Amniotic fluid, Folliculinum, Lac humanum, Placenta, Umbilical cord, Vernix caseosa

partager avec un ami

Envoyer un commentaire

  • Champs marqués avec un * sont obligatoires.