2011 Avril

Noël avec Beanie, un cas d’ostéosarcome

de Geoff Johnson

greyhound puppyBeanie Strurgess, 9 ans, issue d’un lévrier croisé avec une mère collet, m’a été adressé le 1/10/07 suite à un diagnostic d’ostéosarcome sur l’antérieur droit. L’examen a confirmé une protubérance osseuse de la taille d’une noix à proximité de l’humérus. Les radios ont clairement montré  une ostéolyse, calcification, et une calcification du périoste, confirmée par la suite par Hamish Denny comme ostéosarcome. Beanie était traitée au Flexicam pour apaiser la douleur. Le diagnostic conventionnel était très pessimiste, ce qui conduisit le maître vers l’homéopathie. La famille voulait savoir s’ils pourraient passer un Noêl de plus avec Beanie

En salle de consultation, Beanie semblait très douce et restait sans bouger près de son maître en acceptant ses caresses. Elle vint près de moi une seule fois pendant l’heure de la consultation. Quand elle bougeait, sa claudication était évidente. Elle était décrite comme fidèle, soumise, pleine de vie et aimant jouer.

Son histoire révèle le groupe de critères à partir duquel on choisit la médecine homéopathique requise. C’était la première d’une portée de chiots à explorer, aboyer et sauter, la plus agile et celle qui apprenait le plus rapidement. La mère n’a passé qu’une seule nuit avec les chiots, et ne les voyait plus ensuite que pour les nourrir, ce qu’elle faisait en restant sur ses pattes, avant des les laisser pour aller dormir ailleurs

Il se peut que le comportement de sa mère ai contribué au développement de l’angoisse de séparation chez Beanie, à l’âge de cinq mois. Elle continue à hurler quand on la laisse seule. Elle est aussi devenue « accro aux caresses ». Elle est très perspicace, en particulier quand ses maîtres vont partir. Elle est sensible aux voix fortes et à la réprimande. Elle craint tonnerre et orages, cherchant à se cacher dans un coin ou à s’asseoir près de son maître ; s’il la rassure, elle se calme. La hiérarchie avec les autres chiens ne lui pose pas problème, elle n’est ni dominante, ni soumise. En balade, elle disparait pour explorer tout l’environnement. Ces faits suggèrent que le traitement homéopathique requis est probablement un composé de Phosphorus

Beanie a été élevée dans la nature, en France, et elle avait pour compagnon un chien errant avec lequel elle passait toutes ses nuits à errer sur de longues distances. Elle avait champ libre avec son complice qui la conduisaitt dans ces escapades. En avril 07, les Sturgess retournèrent à Somerset, laissant derrière eux le chien vagabond. Beanie devint dépressive, semblait« perdue », avec l’air de quelqu’un qui se demande ce qu’il a fait de mal. En juillet, elle vomit du sang frais. En août, elle développa un rétro-éternuement qui passa. En septembre, la claudication se développa du côté droit, avec par la suite, diagnostic de tumeur.

M’appuyant sur les informations ci-dessus et la connaissance des traitements qui sont efficaces dans le cancer des os, je prescrivis une solution aqueuse de Phosphorus 200c, 5ml, 3 fois par jour. Les maîtres me dirent qu’au bout d’une semaine Beanie semblait plus alerte, et qu’elle avait seulement vomi deux fois en sept jours, ce qui était inhabituel. La claudication ne s’améliorait pas. Je leur recommandais de continuer Phosphorus 200c

Le 12-11-07, Beanie était très heureuse et pleine de vie mais boitait énormément, ce qui coïncidait avec un nouveau déménagement de la famille. La tumeur grossissait. Parce que la claudication avait empiré et la tumeur grossi, je pensai que, soit le remède requis n’était pas Phosphorus, soit le cas était incurable. Cependant, la chienne, aux yeux de ses maîtres ou de ceux des amis rencontrés en la promenant, semblait plus heureuse et épanouie. Cette amélioration du mental sans amélioration physique me conduisait à penser que le remède était proche de Phosphorus ; cela pouvait signifier des éléments adjacents à Phosphorus, horizontalement ou verticalement dans le tableau périodique, ou bien un composé de Phosphorus.

L’aggravation de la boiterie au moment du déménagement rappelle le développement de la tumeur suite au premier déménagement de France. L’étiologie probable chez Beanie est dûe au déménagement et au stress qu’il engendre. Une recherche sur les douze remèdes particulièrement bénéfiques, quand des douleurs apparaissent à cause du stress particulier dû au mal du pays, révèle que le remède le plus commun est Phosphoric acid, également bien connu pour être un remède majeur pour contrecarrer les effets du chagrin ; séparation du compagnon d’errance en France.

Je modifiait donc la prescription : Phosphoric acid 200c, 3 fois par jour

christmasLe 8 janvier 2008, Madame Sturgess m’annonçait que la boiterie avait diminué et que Beanie était pleine de vie. Je conseillai de poursuivre la prescription en alternant une semaine sur deux  avec Carcinosinum 200c, 3 fois par jour. Ce système d’alternance a été développé en Inde par le Docteur Ramakrishnan qui a réussi à traiter des milliers de cas de cancer par l’homéopathie.

En avril 2008, le cal osseux avait diminué et Beanie ne boitait plus ; elle avait arrêté le Flexican. Les 14 mois suivants, elle n’eut plus de douleurs nécessitant la prise d’antalgiques et on poursuivit avec Phosphoric acid.

En juillet 2009, 22 mois après le diagnostic, Beanie se remit à boiter et elle ne réagissait plus aux doses plus élevées de Phosphoric acid. Même en amputant, l’espérance de vie moyenne pour un ostéosarcome est de 18 à 25 semaines (Denny – Guide to Canine and Feline Orthopaedic Surgery Third Edition). La tumeur recommença a grossir et on décida alors d’éviter d’éventuelles souffrances en l’euthanasiant fin août.

Beanie et sa famille avaient passé ensemble deux Noëls supplémentaires.

NB: Les lecteurs qui souhaitent me contacter pour une explication plus détaillée sur le choix de Phosphoric acid et la pertinence de l’histoire et du comportement de Beanie, seront les bienvenus.

Photos: Wikimedia Commons
A white greyhound puppy; Scott Robinson  Un chiot lévrier blanc
Danish Christmas tree; Malene Thyssen

 

Catégories: Cas
Mots clés: ostéosarcome, mal du pays, chagrin, angoisse de séparation, perspicacité, sensibilité aux sons, explorateur
Remèdes: Phosphoric acid, Phosphorus

partager avec un ami
françoise chaise
Posts: 1
Comment
Noel avec Béanie ..
Reply #1 on : Wed July 09, 2014, 00:28:43
bonsoir et merci pour le témoignage de ce cas clinique émouvant .Chez mon cheval ( psar) de 9 ans , atteint par ailleurs de la maladie de lyme , on vient de découvrir un problèmes osseux à l'os naviculaire ( anterieur gauche)- baisse de la densité osseuse, ostéolyse au niveau du processus palmaire lateral de la 3e phalange- 5"fossettes " synoviales sur la surface articulaire discale.. Le veterinaire n'explique pas ces kystes osseux - La tentation est grande pour moi de favoriser la formation osseuse avec silicea , calc phos , symphitum ... même sachant qu'une démarche uniciste est préférable ( mais si longue parfois ) .. Est ce que je peux me permettre de vous demander ce que vous en pensez ?
Un grand merci , au moins pour avoir lu mon message ( et peut-être me donner un avis .. )
FC

Envoyer un commentaire

  • Champs marqués avec un * sont obligatoires.