2012 Octobre

Matière Médicale d'Haliæetus leucocephalus

de Jacques Lamothe

Pygargue

Aigle d’Amérique.

bald eagleEn latin et grec, haliæetus veut dire « aigle de mer ». Ses noms vernaculaires sont « pygargue à tête blanche » ou « aigle à tête blanche », bien qu’il ne s’agisse pas d’un aigle (genre aquila), mais d’un pygargue (genre haliæetus). De la famille des accipitridæ comme les aigles, le pygargue s’en distingue par son alimentation, son gros bec et l’absence de plumes sur les pattes.

Bald eagle, en anglais, ou white headed eagle (en vieil anglais, bald veut dire « tête blanche, cheveux blancs »).

Pygargue vient du grec et veut dire « derrière blanc ».  Cet aigle a en effet la tête et l’arrière blancs, et le reste des plumes noir.

Il vit exclusivement en Amérique du nord.

C’est un des plus grands et plus puissants rapaces ; il peut soulever de lourdes proies. Il fait 1,60 mètre de haut et son envergure peut atteindre 2,50 mètres. Il est rapide : 70 km/h en vol, 170 en piqué. Il niche au sommet des grands arbres où il fabrique des nids volumineux (jusqu’à trois tonnes), mais parfois dans des falaises inaccessibles.

Il se nourrit de poissons essentiellement, mais quelquefois d’oiseaux, d’invertébrés marins, de crustacés, de reptiles, de petits mammifères ou de charognes, à moins qu’il ne préfère voler les proies d’autres rapaces ou d’autres prédateurs comme le coyote, le renard, le vautour, le goéland, en les intimidant. Ayant un métabolisme rapide, il doit manger beaucoup.

Quand il ne chasse pas, il demeure longtemps solitaire et haut perché, à regarder en bas.

L’espèce a été décimée un temps par le DDT.

Il a rarement été utilisé dans la fauconnerie, car c’est un rapace très difficile à dresser, farouche, imprévisible et facilement stressé (il peut faire une attaque cardiaque s’il est capturé). Il cherche d’ailleurs toujours à être le plus loin possible de l’homme.

L’aigle d’Amérique est le roi des oiseaux comme le lion est le roi des animaux terrestres. Dans toutes les civilisations, il correspond aux valeurs de force redoutable, de liberté et de vision perçante des choses. Il a été également le symbole du père, de la paternité et du soleil, et aussi de l’ange qui doit vaincre le démon (représenté par le serpent). C’est l’emblème de Zeus, de César, de Napoléon, des amérindiens (par ses plumes sacrées), des USA, du Japon, de la Chine et même du site de la… SMHMP (smhmp.fr)! Il est considéré comme un oiseau tutélaire, initiateur et psychopompe. C’est l’oiseau des chamans. L’aigle représente aussi la passion, la dévotion à la famille, la noblesse, la grâce, l’endurance, l’énergie et le commandement. Les rêves d’aigle  signifient en général une libération de l’emprise de forces de l’inconscient ou bien un désir de puissance, d’oppression, d’orgueil.

Proving par Jeremy SHERR, 1955, avec le sang d’un pygargue blessé par un chasseur et recueilli dans un centre de protection.

Le problème central d’Haliæetus semble résider dans le besoin de s’échapper du monde réel, vécu comme trop négatif et intolérable, dans un monde de rêve, « au dessus », ailleurs, libre, mais aussi et surtout de pouvoir circuler librement entre les deux, sans se sentir piégé dans l’un de deux mondes, au risque de devenir fou.

L’équilibre est difficile à assurer : s’il se réfugie trop dans le rêve, il perd tout repère et risque l’enfermement dans l’incapacité de vivre sa vie, la dévalorisation, la dépression,  le piège de l’irréalité, de la drogue ou de la psychose ; s’il ne peut s’y réfugier du tout, il sera écrasé par la dureté de la vie et pourra verser soit dans la dépression, soit dans des accès de révolte agressive.

Les patients Haliæetus sont plutôt du genre énergique, direct, franc, honnête, sensible, stressé, anxieux, empathique et pacifique, préférant fuir dans les rêves que d’agresser. Ils ont des liens forts avec leur famille, leur milieu, leur maison et la terre. Ils décompensent quand le milieu les écrase par des obligations et limitations excessives, quand ils n’ont pas été compris, quand on n’a pas écouté leurs désirs profonds ou pas respecté leur vocation.

Le monde de la réalité

Il est vécu comme négatif, trop dur pour lui et il s’y sent piégé :

-       il se sent peu apprécié dans son travail alors qu’il s’applique ;

-       ses capacités et ses désirs n’ont pas été compris et pris en compte, il ne peut plus progresser, s’améliorer, s’élever ;

-       le monde actuel est fou, pollué, surpeuplé, trop agité et bruyant, égoïste, cruel et impersonnel ;

-       il se sent maltraité, exploité, prisonnier dans une situation oppressante et violente.

Le monde du rêve

Il a besoin de s’y retirer en solitaire comme dans un refuge ; c’est le seul endroit où il est tranquille, coupé de la confrontation douloureuse avec le réel.

Quelles sont les caractéristiques de ce monde très personnel d’Haliæetus ?

-       Il est solitaire, fuyant la communication avec les autres, abrupt et irrité par les questions, ne s’exprimant pas clairement ;

-       « ailleurs », « au dessus », lointain, séparé, hors du temps ; il oublie beaucoup de choses : ses affaires, ses rendez-vous ;

-       c’est un monde de calme, de bonheur ; il est perdu dans des rêveries, dans des images intérieures, le regard dans le vague ; recherche un monde idéal utopique.

-       loin de ce monde fou (Cic.) de des contraintes, des sur-stimulations, des soucis, des peines, des peurs, des conflits violents, et aussi des luttes, des scrupules, des remords, des doutes, des hésitations et des choix cornéliens ; loin des problèmes du bien et
        du mal,

-       il s’y sent détaché de ses émotions, comme spectateur de lui et du monde, sans être acteur, comme voir sans être vu (ce qu’il a toujours aimé),

-       il a l’impression que ses rêves sont réels ou peuvent le devenir dans la vie.

Comment cela se passe-t-il en fait ?

-       Essentiellement en imagination, volontairement, après s’être retiré, et aussi dans ses rêves nocturnes.

-       Il peut le vivre par des passions pour la nature sauvage, la plongée, l’aviation, le parapente, le saut à l’élastique, etc., ou bien dans la créativité artistique.

-       Ces expériences d’extases, si elles sont trop intenses, fréquentes et prolongées, peuvent lui faire vivre une désagréable impression d’ « être largué », perdu, exclu, en orbite, au dessus de la réalité terrestre, et de devenir fou, d’être divisé en deux
        personnalités,
d’être coupé de ses émotions : pleurer et s’observer pleurer, être ici et pas ici à la fois, souffrir et observer objectivement sa souffrance, avoir du mal à choisir ce qu’il doit faire.

-       Par ailleurs, il va y avoir des répercussions sur sa vie réelle : il est devenu absent, brumeux, irrésolu, il ne peut plus travailler normalement et n’a plus de motivation, ne se sent plus responsable, ne persévère en rien, s’ennuie, ne trouve aucun plaisir, a 
        le cafard et finit par se sentir vaincu et impuissant, et par se dévaloriser et faire une dépression : il se sent laid, gros, vieux, au gros ventre et aux jambes courtes,il se sent sans valeur, il croit avoir fait de mauvais choix,il se détruit en ne prenant plus
        soin de lui, en mangeant de la mauvaise nourriture, en ne faisant plus d’exercice ;il se sent s’enfoncer inéluctablement dans la spirale de la folie.

-       Certains sur cette voie vont tomber dans l’addiction à la drogue ou à une secte.

-       Il peut aussi arriver qu’il s’y soit trop enfoncé qu’il se sente piégé dans ce monde du rêve (comme l’inverse), qu’il ait du mal à en sortir et qu’il en désespère.

-       Il peut vivre des états très particuliers  comme la disparition de la peur et du stress face au danger : par exemple, conduire vite comme un fou, dans l’euphorie de la vitesse, avoir l’impression d’un grand self-control.

-       Enfin, parfois, quand il est poussé à bout, il devient un « porc-épic » ou un « oursin », les contraintes lui donnent envie de frapper, jusqu’à voir du sang (Fel tauri), d’être cruel, de tuer ses enfants ou son chien qui ne lui obéissent pas, avec un grand plaisir;
        il peut faire des colères et rompre brutalement par exemple une relation amoureuse (c’est arrivé durant un proving).

Guérison

Le remède donne le courage de vivre sa vie, sa destinée sans crainte, en trouvant l’équilibre entre les deux mondes et en réalisant ses vrais rêves, profonds et positifs, en accord avec sa nature, plutôt que des rêves illusoires et qui ne peuvent que l’enfermer dans l’ivresse, le larguer dans la folie ou la drogue. Ses relations avec les autres seront authentiques, libérées et chargées de véritable compassion, sa personnalité plus équilibrée, avec conscience du moi unifiant, ce qui lui permettra de mieux se réaliser et d’être créatif. Guéri, il se sent plein d’énergie, éveillé, conscient, il travaille efficacement et plus méthodiquement, dans la paix, même pour des tâches simples, il supporte mieux les aléas de la vie, ses relations avec les autres sont meilleures, il supporte mieux les difficultés interpersonnelles, il est plus présent, n’est plus submergé par ses pensées, ses émotions, soucis et peurs, il est plus libre de vivre l’amour du partenaire et de ses enfants ; il se sent plus enraciné dans le monde et est plus sociable, il peut même avoir de la clairvoyance.

Rêves

-       Amoureux, de sexe, de mariage.

-       De paix, d’être au soleil, de gens nus, qu’il vole, de vagues vues d’en haut, qu’il saute, de voyage, de train, de rivière, de route.

-       De fantômes, d’animaux qui l’attaquent, qu’il est détective, de voleurs, de viol, de coup de feu, d’attaques, de soldats, qu’il n’a pas de jambes, qu’il fait des erreurs, d’incontinence, de selles, de mort.

-       Qu’il se voit lui-même de haut, qu’il est déconnecté, qu’il est spectateur, qu’il est aveugle, de jumeaux.

Symptômes physiques

-       Désirs : bananes, oranges, chocolat, aliments gras et riches, de malbouffe, de boissons froides.

-       Généralités : augmentation de l’appétit, parfois diminution (selon l’état clinique),hypersensibilité au froid,sensibilité à la chaleur,augmentation des sueurs, de forte odeur,sommeil perturbé par les soucis,< par le mouvement (douleurs),< par le vin,> couché
        (douleurs).

-       Yeux : augmentation de l’acuité visuelle / vision floue / vision d’arc en ciel,Douleurs des yeux, à type de pression, < par la lumière, photophobie,Fatigue oculaire.

-       ORL : augmentation de l’acuité auditive,prurit, douleur dans l’oreille, acouphènes,coryza, obstruction nasale, congestion sinusienne, hypersensibilité aux odeurs, surtout corporelles,douleurs des gencives, de la langue, vésicules dans la bouche, goût
        métallique, douleur de la gorge > par les boissons froides, fissure de la lèvre inférieure.

-       Tête : céphalées, < en voiture, par la colère et au mouvement, > couché et au grand air,Face ridée le matin, rouge et chaude.

-       Respiratoire : respiration superficielle avec oppression.

-       Dos : contractures cervicales, douleurs inter-scapulaires, lumbago, sueurs nocturnes.

-       Membres : tensions, raideurs, beaucoup de douleurs, à type de crampes, coupantes ou sourdes, en particulier du pouce droit.

-       Digestif : très fort appétit ou baisse de l’appétit, nausées, ne sait pas ce qu’il veut,Douleurs de ventre, flatulences, gargouillements, constipation,Diarrhée avec froid et incontinence.

-       Génital féminin : règles en retard, filantes, avec caillots, douleurs utérines irradiant vers les jambes.

-       Peau : hypersensible, prurit.

Remèdes proches : Cann-i., Cann-s., anh., Op., Anac., Heli., Cic., Lanth.,Lach., Falco-p.

Photo: Wikimedia Commons
  Haliaeetus leucocephalus (pygargue à tête blanche) en train de se poser sur son nid.

 

Catégories: Remèdes
Mots clés: matière médicale, Haliaeetus leucocephalus
Remèdes: Haliaeetus leucocephalus

partager avec un ami

Envoyer un commentaire

  • Champs marqués avec un * sont obligatoires.