2014 Avril

Je m'en fais toute une montagne: un cas de Gnaphalium polycephalum

de Jan Scholten

Femme de 55 ans, fatigue

Jan Scholten (JS) : Pouvez vous me parler de votre problème ?

Patiente (P) : J’ai peur du cancer. Il  a des cancers dans toute ma famille, mon père, ma mère et mes sœurs l’ont eu. Je pense être de type Carcinosinum parce que je prends trop les autres en charge, mon mari et mon fils, mais aussi mes patients. J’oublie de suivre mon propre chemin. Je suis psychothérapeute et j’ai du mal à maintenir mes limites. Je n’arrête pas de penser à mes patients et à me sentir responsable d’eux. J’aimerai me sentir plus légère, comme une ballerine.

dolomiteAnalyse
Le fait d’être psychothérapeute est une indication pour les Lanthanides : elle prend en charge les autres. Les qualités Lanthanides sont confirmées par ses connaissances des remèdes homéopathiques ; elle a étudié le sujet. Elle oublie de suivre son propre chemin ; « propre chemin » est aussi un aspect Lanthanides, le mot « propre » étant typique. La lourdeur de la responsabilité est souvent présente dans la série Or en général.

JS: Avez-vous d’autres problèmes ?

P : Je suis facilement très fatiguée. Ça m’aide quand je dors bien. C’est surtout le matin que je me sens le plus fatiguée: quand je regarde tout ce que j’ai à faire, c’est comme si c’était une montagne. Je me sens déprimée, je ne peux plus rire, au point que ça m’énerve quand les autres rient.

Analyse
Regarder les choses comme une montagne est typique de l’étape 5. Dans l’étape  5, on a l’impression que les buts sont trop élevés, trop loin, trop difficiles à atteindre.

P : Je fais des bronchites à répétition avec une toux aboyante. Je me sens alors vraiment malade et faible, je ne peux plus rien faire, je ne peux que rester couchée. Plusieurs fois, cela a évolué en pneumonie.

JS : Pouvez-vous m’en dire plus?

P : J’avais la même toux ainsi qu’une pression lourde sur la poitrine. J’alternais entre avoir très froid ou trop chaud, avec beaucoup de frissons. J’avais beaucoup de fièvre et je transpirais.

Analyse
Ces symptômes ressemblent à la grippe et sont aussi une indication des Asteraceae.

JS : Avez-vous d’autres problèmes ?

P : J’ai des cystites à répétition.
Je suis en ménopause, avec des bouffées de chaleur fortes, surtout la nuit. Alors, je transpire beaucoup, surtout de la tête.
J’ai la maladie d’Hashimoto avec des nodules dans la thyroïde. Ma thyroïde fonctionne trop vite, ce qui provoque une perte de cheveux et des palpitations.
J’ai une sciatique de temps en temps avec une douleur qui irradie vers ma jambe gauche.

Analyse
La thyroïdite d’Hashimoto est une maladie auto-immune qui indique à nouveau les Lanthanides.
Les bouffées de chaleur sont connectées à la phase 5, la qualité d’expansion.

JS : Comment réagissez-vous au climat ?

P : J’aime le soleil. Depuis peu, j’aime la tombée de la nuit, parce que ça signifie que je n’ai plus rien à faire.

JS : Comment réagissez-vous aux aliments ?

P : J’aime les sucreries et le pain. J’ai une aversion pour les aliments épicés. L’alcool me donne la sensation que je vais m’évanouir.

JS : Quelles sont vos relations aux animaux et aux plantes ?

P : J’aime les animaux, surtout mon chat. J’aime encore plus les plantes. J’aime la nature, les bois, les arbres, les prairies. Mes fleurs préférées sont les fleurs des champs et Gaura de Lindheimer.

Analyse
Le règne végétal était déjà indiqué par sa sensibilité et son empathie. Il est confirmé par son amour pour la nature et les plantes. Gaura lindheimeri peut être pris en considération car elle l’a signalé comme sa fleur favorite mais Gaura appartient à la famille Onagraceae et n’a aucune connexion particulière avec les Lanthanides.

JS : Pouvez-vous me parler de votre famille ?

P : Ma mère était très stricte. Elle prenait bien soin de nous physiquement mais était incapable d’être chaleureuse. C’était une femme très responsable et nous avions un bon contact. Pendant ma puberté, nous avons eu de gros désaccords pendant plusieurs années, depuis, je me sens limitée par elle.

Analyse
La sensation d’être limitée est une indication de la phase 5. La responsabilité et la sévérité de la mère peut se retrouver dans la phase 4.

JS : Et votre père ?

P : Mon père était une personne facile à vivre, aimant et appréciant la vie. Il prenait les choses avec légèreté et était aimé de tout le monde.

Analyse
« Apprécier la vie » est une indication de la phase 5.

JS : Avez-vous des frères et des sœurs ?

P : J’avais une sœur, elle est morte il y a quelques années d’un cancer. Je suis restée avec elle dans un centre de soins palliatifs pendant dix semaines. Je n‘ai aucun problème avec ce genre de choses, j’étais à l’aise dans le centre de soins palliatifs.

gnaphaliumAnalyse
Cela signifie qu’elle est à l’aise avec les choses essentielles de la vie, et beaucoup moins avec les choses superficielles, ce qui confirme encore les Lanthanides.

JS : Pouvez-vous me parler de votre mariage ?

P : Mon mari est ambitieux, il fait ce qu’il veut. Il peut aussi être colérique et plusieurs fois pendant notre mariage, ça a débordé, ce qui m’a fait envisager le divorce. En général, néanmoins, nous avons une bonne relation. Il me laisse libre et me soutient dans mes efforts, mes loisirs et ma carrière.

Analyse
Son mariage est à la base stable, indiquant la phase 4. Il y a cependant des périodes où ça ne va pas trop bien, ce qui est plus phase 3 et phase 5 ; un peu déséquilibré.
Si on prend l’histoire dans son ensemble, nous avons besoin d’une plante avec des qualités Lanthanides, ce que nous allons trouver dans la classe des Asteranae. La qualité Lanthanides étant plutôt accentuée, la sous-classe des Campanulidae est donc indiquée.
La phase 4 dans les Campanulidae, c’est les Asteraceae ; nous les avons déjà rencontrées car elles sont indiquées dans les symptômes grippaux.
Il y a de nombreuses indications pour la phase 5. La sous-phase 5 des Asteracae, c’ est les Calendulaceae.
Le stade 5 des Calendulaceae, c’est Gnaphalium polycephalum. Gnaphalium a aussi des sciatiques et des cystites récurrentes, il convient donc bien.

Prescription : Gnaphalium polycephalum MK

Suivi
Après Gnaphalium polycephalum MK, elle a eu une aggravation pendant cinq jours : déprimée, se sentant physiquement mal, vide et faible. Elle s’est même demandé si elle allait prendre la seconde dose, mais un ami l’a testée en kinésiologie et lui a dit que le remède était correct. Au bout de six semaines, elle s’est sentie beaucoup mieux, plus détendue. Elle ne voit plus les choses comme une montagne. Elle a plus d’énergie et de joie. Elle a décidé de chercher une voie plus spirituelle dans sa vie.
Gnaphalium polycephalum MK a été répété une fois par mois. Au bout de neuf mois, elle se sent vraiment bien. Elle est reconnaissante à ce remède qu’elle chérit comme un trésor. Elle est reconnaissante à l’homéopathie. Elle n’a pratiquement plus aucun problème : les bouffées de chaleur, la sciatique, la toux et les cystites ont disparu. Elle a beaucoup d’énergie et ne voit plus du tout les choses comme une montagne. Elle ressent la vie comme des vacances et peut faire tous ses travaux avec légèreté. Elle peut à nouveau rire, du plus profond de son âme. Elle se sent détendue et libre. Sa qualité de vie est passée de 30 à 95%.

Analyse
Ressentir la vie comme des vacances est particulièrement super. C’est ainsi que la vie devrait être : c’est ça la santé.

Photos: Wikimedia Commons
Gelbe kante; public domain
Gnaphalium sandwicensium; Forest&Kim Starr; Creative Commons Attribution 3.0 Unported licence

Catégories: Cas
Mots clés: responsabilité, fatigue, bronchite, fièvre, cystite, Hashimoto, sciatique
Remèdes: Gnaphalium polycephalum

partager avec un ami

Envoyer un commentaire

  • Champs marqués avec un * sont obligatoires.