2013 Décembre

Editorial: les remèdes Matridonaux - les dons de la mère

de Patricia Maché

Ce numéro présente une série de remèdes correspondant à la période intra-utérine et à la naissance. Melissa Assilem, qui a introduit la plupart de ces remèdes, les a baptisé : « remèdes Matridonaux, les dons de la Mère ». Dans son livre sur le même sujet, elle explique en détail la place qu’ils peuvent occuper dans notre pratique quotidienne. Alors que pour de nombreux homéopathes ces remèdes sont déjà familiers, pour d’autres, ils sont encore peu connus, voire inconnus. Certains parmi nous pensent que nous avons suffisamment de remèdes pour traiter toutes les afflictions de notre humanité malade et que de nouveaux remèdes sont inutiles. Pour ceux qui ont appris à les utiliser dans leur pratique, cependant, leur utilité est devenue incontestable. Comme n’importe lequel de nos remèdes existants, ils sont irremplaçables. Lorsque l’un de ces remèdes est nécessaire, aucun autre ne semble pouvoir apporter la guérison que lui seul peut offrir.

Comme il est facile de l’imaginer, le domaine de ces remèdes est la période intra-utérine et la naissance : les problèmes durant la grossesse et à la naissance peuvent être traités par un, ou peut-être plusieurs, de ces remèdes. Les situations ayant trait à un manque de sécurité et de protection du fœtus, sa nutrition, son lien unique à la mère et par la même à la Terre Mère sont dans leur rayon d’action. Si la grossesse a été difficile ou compliquée, le sentiment de sécurité peut être endommagé et l’enfant avoir le sentiment de n’être ni bienvenu, ni aimé. Une naissance traumatique – césarienne, forceps difficile ou un long séjour en incubateur - peut aussi perturber la relation mère/enfant. Dans la situation d’une relation fusionnelle entre la mère et l’enfant, le père peut se sentir négligé voire rejeté et être tenté de s’éloigner de la famille. Pour l’enfant, les problèmes peuvent se manifester sous une myriade de formes et de nombreuses affections ont pu être traitées avec succès grâce à ces remèdes.

Au niveau émotionnel, ils peuvent aider à soulager les effets du stress provoqué par des difficultés à établir des liens solides : sentiment de n’être pas voulu, de n’avoir aucune valeur, manque de confiance, de concentration, autisme et dépression. Ils sont aussi efficaces chez les adultes que chez les enfants, tant il est vrai que les blessures de nos débuts restent douloureuses, quel que soit notre âge, si elles n’ont pas été reconnues et soignées. Il semble que ces remèdes offrent une première ouverture qui peut ensuite éclairer notre route vers d’autres remèdes qui seront plus tard nécessaires.

                                                                                                          pregnant gift

Les remèdes Matridonaux sont souvent confondus avec ceux des premières étapes du tableau périodique, tels que Hydrogenium, Helium, Lithium, Beryllium et Boron. Dans le règne végétal, ils peuvent aussi être confondus avec les plantes primitives : Pulsatilla ou Stramonium sont souvent prescrits alors qu’un remède matridonal aurait été beaucoup mieux indiqué. Dans le règne animal, la tâche réside principalement dans la différentiation entre les Lacs, mais aussi avec les mollusques qui ont des problèmes de sécurité et qui tendent à se cacher. Il est donc possible que des confusions apparaissent, et pourtant, la sphère d’action de ces remèdes est unique, et au fur et à mesure que notre expérience s’élargit, il devient possible de reconnaître plus facilement les thèmes de la période intra-utérine et les replacer dans le contexte de l’histoire individuelle du patient : sécurité, confiance, connexion ou déconnexion, nutrition.

Pour ce numéro, nous avons rassemblé des articles d’introduction aux remèdes Matridonaux illustrés par des cas cliniques aux résultats souvent étonnants. Melissa Assilem nous propose une vue d’ensemble tirée de sa vaste expérience de pionnière dans ce domaine. Alex Leupen nous offre plusieurs cas de Vernix et d’Ocytocinum. Danièle Joulin partage son expérience avec Ocytocinum et, avec Nelleke Bruch, nous propose des cas cliniques qui nous aident à mieux comprendre son application. Alize Timmerman propose un cas émouvant de Cordon ombilical, ainsi qu’un aperçu de l’expérimentation qu’elle a organisé jusqu’à la dilution C5. Hans Eberle et Friedrich Richter présentent leur expérimentation de Placenta, accompagnée de deux cas. Deborah Collins partage quelques cas qui l’ont fasciné tant les changements dans ses patients ont été profonds.

En cette fin d’année, nous aimerions remercier tous ceux qui travaillent derrière la scène et qui accomplissent un travail fabuleux. Merci aux nombreux auteurs d’avoir pris le temps de partager avec nous leur expérience et leur savoir. Merci à tous ceux qui donnent leur temps sans compter pour nous aider à traduire les articles de langues étrangères : sœur Tabitha, Danièle Joulin, Brianne Delcourt, Jacqueline Ozanon, Emmanuel Carreel et Antoine Sautenet. Merci à tous.

Nous vous souhaitons une fin d’année paisible, entourés de tous ceux qui vous sont chers. Nous espérons que ce numéro d’Interhomeopathy donnera naissance à de nombreux cas traités avec succès ! 

Photo: Wikimedia Commons
Geschenk fig.1; Torsten Mangner; Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic license  

Catégories: Editoriaux
Mots clés: editorial
Remèdes:

partager avec un ami

Envoyer un commentaire

  • Champs marqués avec un * sont obligatoires.