2013 Avril

Des exigences impossibles à satisfaire: cas et MM de Gallic acid

de Jacques Lamothe

A., 5 ans, est une enfant de parents à problèmes : le père a une psychose et la mère une dépression grave traitée par électrochocs. L’enfant a été placée à 2 ans ½ dans une famille d’accueil. Elle a présenté un retard psychomoteur (marche à 2 ans, retard de parole et de propreté, développement disharmonieux de type psychotique), avec strabisme divergent et l’IRM cérébrale montre une atrophie du cortex frontal. Elle a une fragilité ORL-respiratoire : elle est malade pratiquement toute l ‘année depuis sa mise en garderie à l’âge de 3 ans, avec des angines à répétition (2/mois), des rhumes quasi-permanents avec une toux nocturne qui la réveille vers 3 heures du matin, des poussées de fièvre élevée et en plus quelques bronchites apyrétiques. Elle a présenté à 4 ans ½ un état de mal convulsif pendant 40 mn lors d’une angine accompagnée de fièvre à 40°, laquelle a duré 10 jours malgré les antibiotiques. Elle a aussi de l’eczéma depuis toujours.

C’est une fillette nerveuse, facilement stressée sans raison, avec des obsessions et des exigences impossibles à satisfaire : elle voudrait être noire, elle demande un canapé pour dessiner. Quand elle essuie un refus, elle réitère sa demande toute la journée et elle manifeste de l’anxiété, en respirant fort, et cela est calmé par son doudou, mais pas par les câlins.

Elle a de curieuses réactions à la musique : quand elle écoute de la musique sur la chaine stéréo, elle pleure, est angoissée et présente des stéréotypies des mains, mais pas du tout quand elle en écoute lors d’un concert à la radio !

Elle est très colérique, elle pleure avec des cris stridents et de l’angoisse. Elle mange beaucoup, surtout quand elle est stressée. Elle n’est pas encore tout à fait propre : elle ne va pas à la selle d’elle-même et se fait dessus. Au lit, elle a des rythmies, qui ne sont calmées que dans le lit des parents. Elle ne supporte aucunement la solitude. En outre, il faut tout le temps la rassurer ; quand sa mère (d’accueil) ne s’occupe pas d’elle, elle est angoissée et, avant, elle se tapait la tête, maintenant elle fait des chutes ou se jette contre les murs (sans se blesser toutefois). Elle a la manie de mettre de l’ordre et de fermer les portes. Elle ne supporte pas que quelqu’un d’autre joue avec ses affaires. En dormant, et quelquefois le jour, elle sursaute souvent, comme si elle tombait.

Elle se présente comme une fillette agitée, gaie ; elle se gratte quand elle s’est déshabillée. Elle présente un eczéma des mains, des fesses et des genoux, qui est aggravé l’été.

Prescription: Tarentula 15 CH n’a aucun effet. Elle revient 1 mois ½ plus tard ; entre-temps, elle a fait un syndrome grippal fébrile, une rhinopharyngite et une angine avec 40°.

Lors de cette 2° consultation, il est noté :
Pleurs abondants quand elle fut mise en garderie à 3 ans. 
Á l’école, si un objet lui est refusé, elle hurle, tremble et a des cris alternant avec des rires ; on ne peut calmer ces colères, mais, une fois passée, elle redevient calme. 
Elle pleure toujours à cause de la musique. 
Quand sa mère parle avec quelqu’un, elle a de l’angoisse avec polypnée. 
Elle est très accrochée à sa mère, surtout quand celle-ci la quitte à l’école, elle est collée pendant un moment ; ne peut s’endormir que près de sa mère. 
Elle a souvent au repos des frissons et des sursauts.

Prescription: Gallic acid 200 K

Elle a un changement complet de comportement dès le lendemain : elle est redevenue calme, il n’y a plus de rythmies, de stéréotypies, de sursauts et de crises nerveuses. Son EEG redevient normal et le Valproate est arrêté. En 2 mois, elle n’a fait que 2 rhumes avec fébricule.
Cinq mois plus tard: elle a été en très bonne santé, sans infection respiratoire, l’eczéma a disparu. Le comportement s’est encore amélioré : elle parle bien mieux, elle arrive à jouer seule dans une pièce, il n’y a plus ces colères terribles ni ces angoisses, elle tolère mieux la musique, elle est calme.

Matière Médicale de Gallic acid

L’acide Gallique ou acide trihydroxybenzoïque est un composé organique aromatique très répandu chez les plantes. C’est un acide phénolique et aussi un acide hydroxybenzoïque, dérivé de l’acide benzoïque et proche de l’acide salicylique : il comporte un noyau benzénique attaché à un radical  carboxyle. Il se présente comme une poudre blanche inodore, au goût astringent et acide.

On le trouve à l’état naturel dans de nombreux végétaux, notamment dans les galles du chêne – d’où son nom – dans l’écorce de chêne, les châtaignes, le thé, les clous de girofle, le raisin (et le vin), etc.

Pour la production industrielle, il est extrait facilement des tanins par hydrolyse, lesquels proviennent d’écorce de chêne. Les tanins sont des esters de l’acide gallique liés à une molécule de glucose centrale (acide tannique). Ils sont très utiles dans divers domaines : en médecine comme astringents, hémostatiques, anti-diarrhéiques, dans l’agroalimentaire comme colorants (E 181), additifs antioxydants (gallates E 310, E 311 et E 312), dans l’industrie comme encres et teintures, en bureautique comme marqueurs, dans l’industrie textile, la photographie et la lithographie, en pétrochimie et dans le traitement des cuirs, appelé tannage, qui consiste à les rendre imputrescibles et souples, en faisant précipiter le collagène.

Pour les préparations phytothérapiques et homéopathiques, on a conservé le mode d’extraction original à partir des noix de galle du chêne.
Á des concentrations suffisamment élevées, l’acide gallique se révèle posséder des propriétés intéressantes :
C’est un antioxydant capable de piéger des radicaux libres
Á l’inverse, il se comporte comme un pro-oxydant sur les cellules cancéreuses et a donc un pouvoir anti-tumoral 
Il a aussi des propriétés antibactériennes, antifungiques et antivirales (contre l’herpès virus en particulier).        

La noix de galle (du lat., galla : excroissance) est une tumeur arrondie de la feuille de chêne d’environ 2 cm, en réaction à l’agression d’un animal parasite, qui dans le cas présent est le cynips. Cet insecte hyménoptère qui ressemble à une mouche perfore la cuticule et dissout la feuille de chêne au niveau des nervures en secrétant un enzyme – qui ensuite stimulera les divisions cellulaires – puis y dépose un œuf. La plante produit alors un nouvel organe et de nouveaux tissus dont elle n’a nul besoin, dépensant en apparence de l’énergie et de la matière dans le seul but de protéger et nourrir un parasite. Or, ce processus est à peu près toujours bien supporté par la plante, ce qui suggère une adaptation réciproque aboutissant à limiter le parasite (au niveau de son espace et de son temps d’occupation parce que cela l’oblige à une grande spécialisation et donc à limiter sa nocivité). Cette ponte se fait à la fin de l’été et les larves vont passer l’hiver au chaud, dans une loge centrale, protégées des intempéries et des prédateurs et de surcroît nourries par les substances de la noix (amidon, protéines, etc.) ! Il n’y a qu’un insecte par galle ; par contre, une feuille peut porter plusieurs galles. Au printemps, les nymphes deviennent adultes et sortent de la galle en la perforant pour mener une vie libre d’insecte et se reproduire.

Signalons que l’acide gallique et ses polymères phénoliques des tanins ne sont que des métabolites secondaires des plantes, c’est à dire qu’ils ne participent pas aux fonctions végétales fondamentales comme la croissance et la reproduction. Ils semblent destinés, au moins à l’origine, à se défendre contre les animaux herbivores qu’ils empoisonnent.     

                                                                                          gallic acid   

Génie du remède

Gall-ac. semble appartenir aux trois règnes : minéral en tant qu’acide phénolique, végétal par son origine, animal par sa cause. Ce dernier semble toutefois l’emporter par une symptomatologie tapageuse qui domine le reste du tableau.

On peut donc voir ce produit comme un mélange de différents aspects :
Comme composé aromatique : l’énergie sera du type excitation, emballement, exagération, précipitation désordonnée de la parole et des mouvements. Elle pourra alterner avec des phases de fatigue avec faiblesse et anergie, correspondant au radical acide
Comme plante : ce sera un remède de patients blessés affectivement 
Comme animal : les patients auront les composantes d’une énergie animale, domination, persécution, jalousie, attraction, vivacité 
Comme insecte parasite : il conviendra aux patients hyperactifs, exagératifs, pique-assiette et profiteurs de l’entourage.

Les thèmes les plus frappants rappellent la nature du produit :
Une attaque violente de l’animal provoque une réaction constructive de protection chez le végétal : c’est un remède de suites de choc affectif qui entraine des perturbations psycho-comportementales avec à la fois un grand déploiement d’énergie à la recherche obsessionnelle d’une présence protectrice permanente et une agressivité incontrôlée et sans discrimination (radical alcool); les symptômes les plus importants semblent être la peur extrême d’être seul et sa réaction, le despotisme et le harcèlement. Le côté obsession très marqué dans ce remède est le propre du radical benzène (MORRISON)
L’installation du parasite dans le « cocon » de la galle : c’est un remède d’enfant exécrable, parasite, “pompant“, épuisant et aliénant son entourage.

On peut se risquer à faire une hypothèse : comme l’acide gallique est un produit très protecteur pour la larve contenue dans la galle, et comme cette dernière représente un cocon parfait d’hibernation qui a été perdu, on peut penser que le comportement exécrable et cramponné à sa mère (ou à son substitut) de l’individu Gallic acid est le fait de la perte de cet utérus où il était choyé, comme si sa mère ne correspondait plus aux qualités de cet utérus. Attaché à cette origine de rêve de façon obsessionnelle, redoutant toute séparation ou isolation, Gallic acid est incapable de mûrir, de devenir adulte et indépendant, et se comporte (enfant ou adulte) avec acharnement comme un enfant gâté à qui tout est dû, exigeant d’obtenir cet amour archaïque, enveloppant et nourricier.

Symptomatologie 

SYMPTÔMES MENTAUX
Suites de choc affectif, d’abandon, de trahison, avec violence.
Suites de séparation, chez l’enfant, d’avec un parent ou une garde.
< par toute séparation, la moindre étant traumatisante. < quand la mère retravaille.
Peur d’être seul +++, intolérance extrême à la solitude. Sentiment d’impuissance dès qu’il est seul. Exige la présence permanente du parent, de la garde, ou d’un être cher (ce symptôme se voit également chez l’adulte !), impose sa présence dans le lit de ses parents. A la différence de Stramonium, la peur d’être seul existe autant le jour que la nuit. Il a aussi peur des fantômes, de la nuit et du noir. Ne peut quitter son doudou ou ses jouets personnels où qu’il aille.
Exige d’être constamment regardé, surveillé, câliné, entouré, protégé (Tarent. : < surveillé, se cache).
Intarissable besoin d’affection+++ (radical carboxyle).
Exige d’être constamment adulé, approuvé, complimenté, flatté, d’être le centre d’attention et d’intérêt dans sa famille comme dans son groupe, quitte à faire l’intéressant ou le clown.
Harcèlement obsessionnel +++ et permanent de sa mère, ou de l’être cher proche. Exige sa présence en permanence, lui ôtant le droit de le quitter un instant. « Il n’y a plus d’intimité pour les membres de sa famille » (Ananda ZAREN), qui sont aliénés à leur vie propre. Appelle constamment sa mère, « comme un mantra » (Josep Maria GARCIA). Enfant-ventouse. Peut refuser les baisers d’autres personnes que sa mère.
Sans limites. Il est totalement désinhibé (Roger MORRISON). N’obéit pas (Massimo MANGIALAVORI), se moque des interdits. Fait des bêtises dès que sa mère ne le surveille plus, par exemple quand elle est au téléphone. Accidents à répétition. Comportement immature, totalement désinhibé.
Despote, tyran familial, enfant exécrable, capricieux et perturbateur de la famille. Mais capable d’être très doux et gentil avec les étrangers ! Insulte même les siens et ses amis.
Possessif, jaloux, exclusif, manipulateur. Fort instinct de possession.
Avec ses amis : veut toujours être le point de mire, le leader, il parle trop fort, il les provoque, il doit gagner au jeu tout le temps, quitte à tricher et voler (il niera ensuite).
S’il n’obtient pas ce qu’il veut, il devient irritable, puis très coléreux et violent : il entre dans des rages impressionnantes à la moindre contradiction, il donne des coups de pied, mord, frappe (Stram.), insulte sa mère ou les siens de façon outrageuse, est insolent.
Aime jurer, employer des gros mots.
Enfant excité, hyperkinétique. Manque d’attention important, distraction, difficultés de concentration. Agitation, TDA/H, grimaces. Enfant dans son monde, coupé des autres.
Excitation mentale avec bouillonnement d’idées et de projets loin du réel.
Parle tout le temps d’une voix forte ; élocution peu claire, étrange et précipitée ; postillonne ; se lèche souvent les lèvres.
Manque de confiance en soi, besoin d’encouragements et d’approbation.
Anxiété au sujet de l’argent (R.MORRISON)

SYMPTÔMES GÉNÉRAUX
< la nuit
< l’hiver
Désir d’aliments fumés
Sueurs nocturnes profuses
Sueurs des pieds
Bruxisme
Onychophagie
Fatigue et faiblesse avec irritabilité
Allergies, notamment aux colorants rouges
Hémorragies, de sans non coagulé : épistaxis, les blessures saignent abondamment et longtemps, ménorragies
Attrait pour la couleur violette (Ulrich WELTE)

SYMPTÔMES PHYSIQUES
On va retrouver des effets sur les secrétions et hémorragies correspondant aux effets astringents de l’acide gallique, en plus ou en moins.
Système nerveux
Troubles du sommeil : agitation dans le lit, toujours en alerte avec la peur de la solitude, réveils fréquents en sursaut, sautant hors du lit, en sueurs ; terreurs nocturnes.
Convulsions. Crises de délire (jour ou nuit) de type maniaque, avec rythmies de la tête, avec état de colère intense : il sort des grossièretés, mord, donne des coups de pied.
ORL
Catarrhe nasal avec mucus épais et jaune, filant. Otites
Sinusites à répétition
Blépharite avec douleurs brûlantes et photophobie
Bouche et gorge sèches < la nuit
Respiratoire
Rhume des foins avec asthme
Bronchite avec expectorations purulente profuse, collante, < la nuit et l’hiver
Toux < le matin
Tuberculose pulmonaire
Douleur pulmonaire droite < par la toux, en baillant, par le mouvement, > couché
Digestif
Goût astringent et mauvais dans la bouche
Absence de goût des aliments le soir au dîner
Anorexie
Constipation avec contraction de l’anus
Urinaire
Polyurie avec urines jaune-paille
Hématurie post-traumatique
Remède de lithiase rénale
Peau
Eruptions du scalp, au vertex
Prurit cutané en différents endroits
Urticaire, eczéma

REMÈDES PROCHES
Benz-ac., Stram., Hyos., Tarent., Lach., Lyss., Carcin., Cina

Photo: Jürgen Weiland

 

Catégories: Cas
Mots clés: agitation, peur d'être seul, colères, démangeaisons cutanées
Remèdes: Gallicum acidum

partager avec un ami

Envoyer un commentaire

  • Champs marqués avec un * sont obligatoires.