2010 Novembre

Torako Yui: le miracle en action

de Akemi Tsuzuki

Torako YuiAu mois de novembre 1998, Dr Torako Yui fit une présentation au nom de l’homéopathie au parlement Japonais. Son active participation dans la promotion des principes homéopathiques, depuis ce jour, commence à porter ses fruits.

Application pour une reconnaissance officielle

Le 5 février 1998, le gouvernement japonais donna son accord pour la constitution d’une commission d’enquête ayant pour but de déterminer la nécessité d’une qualification homéopathique officielle ainsi que le besoin d’une assurance professionnelle couvrant les praticiens. Pour soutenir ce projet, Torako Yui présenta, deux semaines plus tard, un rapport de 270 pages nommé « Recommandations et Explications sur le futur de l’homéopathie » au Ministères de la Santé, du Travail, et de la Sécurité Sociale.  Ce rapport était accompagné d’une pétition comptant 10.000 signatures soutenant la pratique homéopathique, d’une lettre de recommandation de Lord Atherton qui assure le lien entre les départements de Santé anglais, le Conseil International d’Homéopathie (ICH) et le Conseil Central Européen d’Homéopathie (ECCH), d’une lettre signée par des homéopathes de renommée mondiale promettant de coopérer avec l’Association Médicale Homéopathique Japonaise, et trois heures de montage vidéo montrant le déroulement de conférences homéopathiques et l’observation de cas cliniques individuels.

A la suite de ce rapport, Torako Yui fit une présentation en mars 1998 pour le groupe constituant la commission d’enquête, expliquant les principes homéopathiques. Cette présentation fut bien reçue et appréciée pour l’aide qu’elle apporta aux membres de la commission. Prévue pour une durée d’une heure, la présentation dura plus de deux heures, tant l’audience était nombreuse et désireuse d’écouter les théories de Torako Yui.

Son exposé commença par cette déclaration: « Nous, homéopathes, avons pour but d’aider le peuple japonais. Nous avons beaucoup de personnes qui souffrent de problèmes mentaux et l’homéopathie peut les conduire vers un mieux-être. En effet, l’homéopathie semble avoir une action importante pour les personnes qui ont des difficultés à s’exprimer : enfants qui n’ont pas encore appris à parler, ayant des problèmes scolaires, ou encore enfants autistiques. Autoriser la pratique homéopathique dans les hôpitaux et les prisons serait d’un bénéfice immense pour notre nation. »  Pour que cela soit possible, expliqua-t-elle, le gouvernement japonais doit reconnaître une qualification officielle de l’homéopathie, comme cela s’est produit dans d’autres pays.

Pour aider à la réalisation de ce processus de certification, Torako Yui décrivit le programme d’éducation actuellement en cours au Collège Holistique d’Homéopathie, qui  se conforme aux directives du ICH et qui, en Inde, a conduit à la création de collèges certifiés et subventionnés par le gouvernement. Le programme du collège est constitué de plus de 1700 unités – le double d’un collège de Grande-Bretagne. Différemment de la médecine allopathique, l’homéopathie requiert des études avancées en anatomie, physiologie et psychologie, avec bien sûr une connaissance approfondie de la médecine moderne, car le praticien homéopathe traite le mental et le physique simultanément.

Torako Yui reconnaît le besoin de coopération entre les différentes pratiques de la médecine et croit fermement que cette collaboration sera bénéficiaire pour toutes les parties concernées. Elle pense, contrairement au président de la Société des Homéopathes Japonais, que les homéopathes n’ayant pas étudié la médecine devraient être autorisés à pratiquer dès lors qu’ils ont acquis une qualification certifiée – un argument supplémentaire pour une qualification reconnue par le gouvernement. Elle pense aussi qu’il est important de mettre de côté les divisions entre les différentes écoles homéopathiques et que le temps est venu de concentrer nos énergies pour offrir les bénéfices de l’homéopathie au grand public. 

Dans ce même esprit de coopération, Torako Yui s’engagea à présenter au Ministère de la Santé des données cliniques et scientifiques précises dans le but de démontrer le bien fondé de sa demande de reconnaissance officielle pour la pratique homéopathique au Japon. Sur ce, la réunion qui avait duré deux heures et demi, prit fin.

                                                     Torako Yui2

Le congrès d’homéopathie pédiatrique en Allemagne

En mars 2010, au deuxième congrès d’homéopathie pédiatrique à Badenweiler, plus de 300 personnes étaient réunies pour la présentation de Torako Yui, qui, à l’aide de montages vidéo, démontra le succès du traitement homéopathique dans des cas d’enfants hyperactifs et autistiques.

Les problèmes du développement chez l’enfant sont reconnus comme étant parmi les plus complexes et les plus difficiles à diagnostiquer et à traiter, que ce soit par la médecine conventionnelle ou homéopathique. Les conclusions de Torako Yui, tirées directement de son expérience personnelle, tendent à démontrer que ces problèmes sont souvent liés aux vaccinations, à la pratique conventionnelle de la médecine, aux additifs alimentaires et à la pollution de l’environnement.

Les participants à la conférence eurent l’agréable surprise d’entendre Torako Yui insister sur l’importance de réexaminer le rôle de Hahnemann. Les allemands ont été très influencés par les enseignements d’Hahnemann ces deux derniers siècles et ils furent impressionnés de découvrir que Torako Yui avait travaillé avec des experts en allemand classique pour traduire les travaux d’Hahnemann en japonais. De plus, ces traductions comprennent les annotations qui font référence aux commentaires de 1 à 6 de l’Organon. Torako Yui poursuivit en expliquant combien elle avait été influencée par le Répertoire de Bonninghausen et comment sa théorie des « prescriptions tridimensionnelles » était une extension des théories de Hahnemann. Elle présenta ensuite les taux élevés  de guérison que sa méthode produit pour les patients souffrant de maladies chroniques ou iatrogènes.

« Alors que l’homéopathie jouit d’une reconnaissance importante, nous ne sommes pas capables de reproduire le taux de 85% de guérison, déterminé par Hahnemann. Cette baisse dans le taux de guérison est certainement due à l’apparition de nouvelles maladies – maladies modernes – qui provoquent chez l’enfant des problèmes de santé mentale, du système immunitaire et du développement. Cette situation m’est apparue évidente lors de mon retour au Japon; alors que j’obtenais de bons résultats avec mes patients, les symptômes finissaient toujours par réapparaître au bout d’un an, plus ou moins. A coup d’essais par ci et d’erreurs par là, je suis arrivée petit à petit à adapter ma pratique thérapeutique au caractère japonais et j’ai réalisé qu’en me concentrant sur les maladies iatrogènes et sur les théories psychologiques de « l’enfant intérieur », j’obtenais un nombre important de guérisons. Durant plus de dix ans, la vaccination obligatoire a été imposée à l’échelle nationale et depuis l’occupation américaine, après la deuxième guerre mondiale, la médecine conventionnelle a dominé notre culture. Poursuivant mes recherches, je découvris que les japonais sont les plus grands consommateurs de produits pharmaceutiques au monde. Le Japon a aussi le plus grand marché mondial de pesticides. Je fus contrainte de reconnaître que l’homéopathie traditionnelle ne serait pas effective au Japon et c’est grâce à cette conclusion que je suis finalement arrivée à la « méthode tridimensionnelle » que j’applique désormais. » 

Torako Yui's collegeLe retour aux racines: Hahnemann

Après avoir créé l’Académie Royale Japonaise d’Homéopathie, en 1997, Torako Yui a créé en mai 2010, le Collège d’Homéopathie Holistique. Rosina Sonnenschmidt, une conférencière invitée allemande, exprima son admiration pour le programme et l’organisation du Collège, commentant en particulier sur le haut niveau d’équipement, comme le système de conférence vidéo, et sur l’enthousiasme des étudiants. « J’ai pu finalement créer le collège dont j’ai toujours rêvé. J’aime penser que c’est une façon de retourner le compliment à Hahnemann pour tout ce qu’il nous a donné. Lorsque j’étudiais l’homéopathie en Angleterre, j’étais convaincue que les textes de Hahnemann étaient « l’enseignement authentique » et cela se reflète dans le choix de nos livres requis: l’Organon, les Maladies Chroniques et les Ecrits mineurs. Ma propre Matière Médicale est un développement du répertoire de Bonninghausen. Hahnemann a toujours été présent dans mon éducation et mon développement car il ne nous enseigne pas seulement la médecine mais il nous encourage aussi à montrer à nos patients comment les êtres humains doivent vivre. »

« Contrairement à la médecine allopathique qui refoule les symptômes, l’homéopathie est un traitement qui s’intéresse aux causes, regardant les symptômes comme des messages, et de ce fait, cherche à découvrir ce qui se cache derrière ces messages, utilisant des remèdes similaires aux symptômes. Pendant treize ans, nous avons formé des homéopathes en utilisant le programme standard anglais. Aujourd’hui, nous introduisons des éléments nouveaux de traitement alternatifs qui examinent la théorie de « l’enfant intérieur », le système circulatoire, le rôle des essences de fleurs et de la phytothérapie en général. Nous étudions aussi l’astrologie médicale, l’alchimie et la médecine spirituelle – une vraie médecine homéopathique intégrée. »

« Lorsque j’ai développé le concept du Collège, j’ai été influencée par Paracelse et plus particulièrement par son livre « Labyrinthus Medicorum Erratium ». Médecin et alchimiste suisse, Paracelse avait reconnu le besoin d’une éducation standardisée comme base de connaissance et il avait proposé de créer une école pour parvenir à cette fin. Dans cette école, Paracelse chercha à équilibrer le microcosme – le corps humain – avec le macrocosme de la Nature, et de cette manière, pensa encourager l’étude de la Nature – réflexion de son Créateur – l’étude théologique et l’alchimie. J’espère que le Collège ressemblera à l’école de Paracelse. Le « Labyrinthus Medicorum Erratium » est la somme des ses théories et devrait être considéré comme la Bible du praticien. Paracelse écrivait qu’ « il est important pour les physiciens d’écouter les herbes et les minéraux dans la nature, » nous donnant ainsi l’idée d’une « pharmacie naturelle ». Au Japon, nous produisons nos remèdes dans notre « ferme homéopathique » et nous pensons que ces remèdes sont semblables énergiquement aux médecines originelles de Paracelse. C’est pour cette raison qu’aux tout débuts du collège, j’ai fait publier la version japonaise du « Labyrinthus Medicorum Erratium ».

                                                     Torako Yui5

Former des homéopathes qui peuvent guérir le corps et l’âme

«En Allemagne et en Inde, des formations de cinq ans sont offertes, soit à l’université, soit dans des établissements spécialisés. Bien que ces établissements soit en avance sur nous, nous offrons, à l’heure qu’il est, une formation de quatre ans à mi-temps comprenant 45 jours de cours par an, des facilités électroniques et des observations cliniques, et une formation intensive de deux ans, au rythme de quatre jours par semaine. Ces formations commencent par une leçon de prise de conscience: « Qui suis-je? » Tout part de cette prise de conscience et nous sommes amenés à découvrir qui nous sommes en reconnaissant ce qui ou ce quoi qui nous met en détresse. A partir de là, nous pouvons regarder le monde autour de nous; ce qu’est la vie, la nature, les fondements de l’existence humaine. Les homéopathes sont des praticiens qui ont la vie de leurs patients entre leurs mains et sans cette conscience de soi, ils ne peuvent pas véritablement les aider. Mon intention est de former des homéopathes qui peuvent guérir le corps et l’âme par un apprentissage spécialisé de l’homéopathie et au travers d’une relation respectueuse, patiente et compréhensive avec leurs patients. 

Photos: Hideki Hoshi 

 

 

 

 

Catégories: Général
Mots clés: homéopathie, Japon, miracle
Remèdes:

partager avec un ami

Posts: 1
Comment
Torako Yui: le miracle en action
Reply #1 on : Fri February 25, 2011, 16:26:22
J'ai vraiment aimé votre article, d’autant plus que vous mentionnez l'astrologie médicale, j'ai écrit un livre sur le sujet et je suis contente que cette école appuie ce genre de travail.

Marie-Lise Pelletier, homéopathe
www.energiesante.ca

Envoyer un commentaire

  • Champs marqués avec un * sont obligatoires.