2011 Juillet/Août

Signes du zodiaque et remèdes homéopathiques; le bélier et le lion

de Didier Lustig

ariesLe Bélier : l’énergie qui pousse (de l’intérieur vers l’extérieur)

Planète associée : Mars

– Le commencement, le jaillissement, l’impulsion ; « pousser en avant », conduire, diriger.
 La décision, l’action
– L’énergie vitale, la force physique, le moteur.

– L’énergie virile, le principe masculin.

– Le désir, la pulsion de vie, la lutte pour la vie.

– Le caractère primaire, sauvage, brut.

– La force, le courage, l’intrépidité.

– L’agressivité, la brutalité, la cruauté.

– L’agressivité, la colère, la violence.

– Le combat, l’attaque, la guerre.

– Le danger, le choc, l’accident, la brûlure, l’inflammation.

– La direction, le commandement, l’autorité ; le chef, le leader.

– Le courage, l’abnégation, le sacrifice volontaire (agneau).        

Couleur : rouge vif

Parties du corps : la tête, le front.

La douleur vive, le coup, le choc, la blessure, l’accident, l’infection, la fièvre, la brûlure.

Remèdes

Aconitum : l’action brutale et rapide, le choc qui saisit, l’accident ; « rêve qu’il conduit ses moutons » (cf. latin agere : agir, faire ; pousser ses moutons), le risque pour la vie.

Arnica : les coups, les armes ; le travail, l’autorité dans l’action ; l’invulnérabilité.

Belladona : l’action irréfléchie, le feu, la fièvre, « le défi à la sagesse ».

Ferrum metallicum : l’autorité tyrannique ; le fer : arme ou outil ; l’anémie ; « le sentiment est interdit car dangereux ».

Nux vomica : fort désir d’accomplir, de réaliser, de tracer son propre chemin ; importance du but à atteindre (souvent pour une cause juste) ; irritable, impatient, parfois violent.

1er cas clinique

Juliette, née le 8 janvier 1995, 11 h 35.

Je ne verrai jamais Juliette, c’est sa mère qui consulte pour elle en septembre 2009. Juliette est d’un caractère difficile : son humeur est changeante et irritable, elle a du mal à gérer ses émotions, fait preuve d’une grande agressivité verbale et parfois physique. Elle fait des colères explosives, s’en prend à ses professeurs du collège et surtout à sa mère. Elle est prise de crises d’angoisse, s’enferme dans sa chambre, cherche le conflit.

Le thème montre des aspects dissonants reçus par la Lune en Bélier en maison I (la personnalité) de la part de Mars et de Pluton : la peur de l’accident (Mars), de la mort

(Pluton). J’interroge la mère : a-t-elle eu un choc émotionnel quand elle était petite, a-t-elle été victime ou témoin d’un accident, a-t-elle été marquée par la perte d’un proche ?

Réponse de la mère : quand elle avait une dizaine d’années, alors qu’elle était en voiture avec la famille, son père s’est mis en colère et a commencé à accélérer. Elle a eu très peur et elle en reparlé pendant longtemps. Depuis, elle a peur en voiture.

De plus, quand elle avait 5 ans et qu’elle était en vacances chez ses grands-parents dans un village en Corse, un de ses cousins est mort d’une overdose. Les grands-parents l’ont laissée chez une voisine, elle a été très choquée et ne veut plus retourner au village depuis.

Remède : Aconit 9 CH.

Elle a eu de fortes douleurs de règles le lendemain de la prise et n’est pas allée au collège pendant une demi-journée. Mais son caractère change : son père, qui n’était pas informé de ce que Juliette avait pris un remède homéopathique, la trouve différente, plus calme, plus souriante, et s’en étonne.

Un mois plus tard, suite à la prise d’Aconit 12 CH, elle refait une infection urinaire avec fièvre modérée alors qu’elle en avait fait une quelques mois auparavant. Je conseille à la maman de ne rien faire, sauf si la fièvre augmente ou ne cède pas, et l’infection se résorbe d’elle-même en quelques jours. Le mois suivant, c’est un de ses oncles de Corse qui se tue dans un accident de moto. Juliette est très affectée, elle recommence à claquer les portes et à être désagréable avec sa mère. Elle prend Aconit 15 CH et retrouve rapidement son calme en parvenant à surmonter le choc.

Elle n’a plus pris le remède depuis car sa mère craint le retour d’anciens symptômes qui pourraient la perturber. Mais celle-ci m’a dit tout récemment que depuis elle a fait quelques crises beaucoup moins fortes, qui se règlent spontanément et très rapidement.

2ème cas clinique

Gabrielle, née le 12 juin 2002, 11 h 00.

C’est la deuxième fille d’une amie médecin homéopathe. Après une grossesse sans problème, la naissance est difficile : l’accouchement dure 30 heures, la tête est engagée mais l’enfant reste coincée dans le bassin. On procède alors à une césarienne. Alors qu’elle est encore à l’hôpital, un ostéopathe vient pratiquer des séances d’ostéopathie crânienne. Gabrielle prend tout de suite le sein facilement.

Dès le retour à la maison, la soeur aînée (6 ½ ans) fait une crise de jalousie : elle ne supporte pas que sa mère ait besoin de se reposer pendant la journée et elle vient la réveiller au bout d’un quart d’heure à chaque fois. La maman, épuisée par l’accouchement et la césarienne, fait une lymphangite : elle a 40° C de fièvre et ne tient plus debout, le sein gauche est totalement bloqué, le lait ne sort plus. Dès lors, Gabrielle ne cesse de pleurer jour et nuit. Craignant qu’elle n’ait pas assez de lait, les parents introduisent des biberons de lait maternisé. C’est dans ce contexte que Gabrielle commence à régurgiter et à se nourrir de façon très fragmentée : elle prend peu, soit au sein soit au biberon, ne dort quasiment pas, passe son temps à pleurer entre chaque tétée. La situation devient difficile à supporter pour toute la famille, et en particulier pour la soeur aînée.

Quand elle commence à pleurer, elle se met le dos en hyper-extension (opistotonos), se débat, émet des cris stridents, y compris quand on l’amène ailleurs : à 1 ½ mois, la maman est témoin du mariage de sa soeur et ne peut rester dans la salle de la mairie à cause des cris de Gabrielle. Le seul moyen de la calmer un peu est de la porter droite dans les bras et de sortir marcher à l’extérieur avec un bonnet sur la tête, mais sitôt revenue à la maison elle se

remet à hurler. Peu à peu, les régurgitations s’accompagnent de vomissements incoercibles : alors que Gabrielle est au sein, elle est prise d’un spasme de tout le corps et, sans même avoir le temps de lâcher le sein, vomit sur sa mère. Elle vomit en jet à un mètre devant elle, puis se met à sourire et recommence à téter. Comme c’est l’été et qu’il fait très chaud, elle frôle la déshydratation.

Tous les traitements essayés ne font qu’améliorer très transitoirement la situation : ostéopathie d’abord, puis homéopathie. Asa foetida est donné par la mère sur les vomissements et les éructations très bruyantes, ainsi que sur le fait que Gabrielle ne grossit pas : à 1 ½ mois elle pèse quasiment le même poids qu’à la naissance. Amélioration pendant 3 jours, puis rechute. Elle est vue par une autre homéopathe qui lui donne successivement Cicuta virosa, Magnesia muriatica puis Dioscorea villosa, sans plus de résultat. On essaie le magnétisme : idem.

Quand Gabrielle a 3 mois, la maman, épuisée, doit reprendre son cabinet. On décide alors de la mettre sous traitement allopathique (Motilium et Raniflex) en raison des régurgitations extrêmement acides (vomissements comme du petit lait), ce qui ne donne rien. On passe alors à un traitement plus lourd : Prépulsid (juste avant que ce médicament ne soit interdit) et Mopral (2 prises de chaque par jour). Au bout de 15 jours seulement, les vomissements s’atténuent, elle dort un peu mieux, mais apparaît un eczéma très prurigineux sur le visage, la tête et le haut du corps.

Elle est sevrée à 3 mois, mais présente un fort appétit. On lui donne du lait maternisé épaissi qui lui permet de prendre rapidement du poids. Soupçonnant une intolérance au lait de vache, on lui donne ensuite du lait de soja, qui permet une légère amélioration de l’eczéma. En grandissant, Gabrielle devient de plus en plus coléreuse, acariâtre : elle mord, jette les objets, se réveille entre 5 et 10 fois par nuit.

Le passage à l’alimentation solide ne change rien : quand on essaie de supprimer une seule prise de médicament, elle vomit tout son repas sur sa mère. Même chose quand elle commence à marcher : après avoir vomi, elle sourit et refait un repas complet. Elle ne semble même plus souffrir des vomissements malgré leur violence.

C’est en mai 2003 (Gabrielle a 11 mois) que je vois la maman me consulte pour son thème astral et qui me raconte les déboires de sa fille depuis quasiment la naissance. Je regarde alors le thème de l’enfant et remarque aussitôt une conjonction de la Lune et de Mars dans le signe du Cancer. Le signe du Cancer symbolise l’enfance, la Lune symbolise la naissance et la relation à la mère. Dans ce cas précis, on voit l’influence de Mars qui amène un climat de violence et de colère là où il ne devrait y avoir que douceur et tendresse.

Quand on regarde le thème de la mère, on s’aperçoit que celui-ci est fortement marqué par les valeurs de Mars (sur l’ascendant) et du Bélier (Soleil, Lilith et Saturne dans ce signe). Effectivement, la maman a un caractère spontané, dynamique et plutôt directif, mais avec beaucoup de gentillesse et de générosité. On retrouve donc dans le thème de la mère le caractère martien qui caractérise la relation entre Gabrielle et sa maman (conjonction Lune et Mars du thème de Gabrielle). Or, on dit en astrologie que la Lune est blessée par Mars car ses valeurs, liées à la protection et à l’amour maternel, sont incompatibles avec l’agressivité et l’ardeur guerrière de Mars.

J’évoque donc la possibilité d’une colère de la mère qui pourrait être à l’origine du problème. Celle-ci m’assure qu’elle ne voit pas à quoi cela pourrait se rapporter, qu’elle était au contraire très calme avec la petite. Puis en réfléchissant elle se souvient qu’elle voulait réussir à tout prix l’allaitement de Gabrielle, car lors de son premier accouchement elle n’avait pratiquement pas pu allaiter sa fille aînée. En effet, celle-ci était née avec les forceps et avait eu la clavicule cassée. De ce fait, elle s’endormait au sein et ne prenait pratiquement pas de lait. Il avait donc fallu utiliser un tire-lait, ce qui avait beaucoup frustré la maman. Or, pendant sa lymphangite et alors qu’elle essayait de se reposer avec le bébé, sa fille aînée ne cessait d’entrer dans la chambre en réclamant de l’attention. A ce moment là, la mère a éprouvé une grosse colère qu’elle a cependant réprimée, car elle ne voulait pas aggraver la jalousie de sa fille. L’hypothèse astrologique se trouve donc confirmée.

Je cherche alors dans le répertoire Synthesis la rubrique « Stomach, Vomiting, milk; after, mother’s milk » et vois une sous-rubrique intitulée « anger of mother; from » avec deux remèdes seulement : Cochlearia armoracia et Valeriana. Je ne connais pas le premier remède, mais Valeriana retient tout de suite mon attention.

Kent : « Tous les symptômes généraux apparaissent au repos et sont améliorés par le mouvement et en marchant de-ci de-là. Sensation de grand froid à la tête (amélioré par le port d’un chapeau, ajoute Clarke). Appétit dévorant avec nausées. Régurgitation de liquide acide. Le nourrisson vomit dès qu´il prend le sein après une colère de la mère. Le nourrisson vomit des morceaux de lait caillé. »

L’hypothèse me séduit d’autant plus que le thème de Gabrielle présente le Soleil et Mercure dans le signe des Gémeaux, signe des nerfs et de l’intellect, or Valeriana est « indiqué dans l’hypersensibilité, les affections nerveuses et lorsque les remèdes apparemment judicieusement choisis sont inefficaces » (Boericke). Selon Clarke, Valeriana « convient aux sujets nerveux, irritables, hystériques, chez lesquels les facultés intellectuelles prédominent et qui souffrent d´hystérie et de névralgie. Il se rencontre dans les affections nerveuses survenant dans les tempéraments excitables. »

Après une dose unique de Valeriana 15 CH, Gabrielle refuse de prendre son traitement allopathique (4 prises par jour) et les vomissements s’arrêtent instantanément. Ils ne sont plus jamais revenus depuis. L’eczéma s’améliore nettement, sans pour autant disparaître totalement. Elle ne fait plus de colères et cesse de pleurer. Toutefois, elle continuera à réclamer la présence de sa mère la nuit jusqu’à ses trois ans, plus précisément jusqu’au jour où Gabrielle trouve au fond du grenier le nounours de sa maman.

Par la suite, le remède n’agira plus pour les maladies enfantines, mais il aura permis de régler le problème qui pesait sur sa première année de vie. Elle va très bien aujourd’hui et commence des études de hautbois au conservatoire, l’instrument que sa maman rêvait d’apprendre quand elle était enfant.

lionLe Lion : l’énergie créatrice

Planète associée : le Soleil

– L’absolu, la perfection, l’idéal (à défaut : le meilleur), l’éternité.

– La qualité, l’essence, le principe, la valeur.

– Être (et non exister).

– Dieu, le Créateur, le Roi, le Père.

– La joie, l’état de plénitude et de bonheur.

– Le Beau, le Grand, le Vrai.

– Le centre (et non le milieu).

– L’Amour (notamment l’amour de l’homme et de la femme, des enfants, de l’Art).

– L’unité, le caractère unique (d’une chose ou d’une personne).

– La lumière, l’éclat, la splendeur, la magnificence ; ce qui brille, se voit, l’apparence.

– La royauté, la noblesse, l’élite ; la majesté.

– La reconnaissance (en tant que personne), l’admiration, le prestige, la gloire.

– La conscience, la volonté, la vérité, la clarté.

– Le sentiment (éprouvé dans le coeur).

– La fierté, l’orgueil, la vanité.

– L’égocentrisme, l’égoïsme, le narcissisme.

– Le don (l’énergie venant du soi est infinie), la générosité, le mécénat.

– Le théâtre, la scène, le spectacle.

– La richesse, le luxe, l’abondance.

– La création : l’oeuvre, l’art.

– La procréation : les enfants, l’éducation, l’enseignement.

– La récréation : le jeu, le plaisir, la fête ; le dimanche (jour du Seigneur), les vacances.

Le désir d’être reconnu, aimé, admiré, d’être au centre.

Couleurs : jaune, doré.

La partie du corps : le plexus, le système cardio-vasculaire, le dos.

Remèdes

Aurum : la valeur, l’autorité responsable, l’honneur, la dépression qui suit la chute (Saturne, Pluton).

Platina : idéalisme, narcissisme, sentiment de supériorité, caractère hautain et méprisant.

Palladium : cherche à briller en compagnie et recevoir l’approbation d’autrui, orgueil, égoïsme.

Ignatia : l’amour pur et brûlant, le chagrin d’amour, le paradoxe (Mercure).

Adamas : cherche à briller de la lumière d’autrui, recherche la perfection, l’accomplissement.

Crocus sativus : alternance de la raison et de la passion, la fête et ses conséquences tragiques (Mercure).

Digitalis : sensation que le coeur va s´arrêter de battre si l’on bouge. Tristesse anxieuse et intense en raison de douleurs de la région précordiale, par ex. suite de déception amoureuse.

Crotalus horridus : la relation au père auquel on cherche à se conformer pour en avoir la reconnaissance.

Gratiola : veut rester supérieur aux autres en ne répondant pas à leur question pour ne pas être surpassé (Fayeton) (Saturne).

3e cas clinique

Sophie, 15 août 1971, 5 h 35.

Jeune femme de 39 ans qui travaille dans l’édition d’art et a créé sa propre entreprise en décembre 2008. Elle fait preuve de beaucoup de compétence dans son métier et publie de nombreux ouvrages, mais elle se heurte actuellement à des difficultés financières liées à une insuffisance de trésorerie, ce qui l’inquiète beaucoup pour la survie de sa maison d’édition.

Très réticente au départ vis-à-vis des sciences ou des médecines parallèles, elle était déjà venue me consulter pour sa carrière sous l’impulsion de son compagnon et avait été étonnée des informations reçues.

Elle revient cette fois car, depuis la création de son entreprise il y un an et demi, elle a de gros abcès en grappe aux deux plis de l’aine qui récidivent. Pendant la phase de maturation, leur couleur passe du rouge au violet foncé et ils sont très douloureux à ce moment-là. Lorsqu’ils percent, ils émettent un pus blanc très abondant et disparaissent, aussitôt remplacés par de nouveaux abcès. Elle a subi il y a un an une ablation des glandes sudoripares sur un côté, mais elle refuse une seconde opération qui l’immobiliserait pendant plusieurs semaines. Elle a eu une luxation congénitale de la hanche non décelée qui a été opérée quand elle avait 2-3 ans. Elle était restée immobilisée pendant un an et avait réussi à marcher normalement au prix d’importants efforts de volonté.

Elle a des douleurs dans la région lombaire quand elle est fatiguée physiquement ou psychiquement, ainsi que des migraines qui commencent aux sinus frontaux, améliorées par l’obscurité et les vomissements, mais qui se sont atténuées depuis ses deux accouchements.

Elle transpire abondamment la nuit au niveau de la poitrine, par périodes plus ou moins longues.

Elle ne supporte pas le lait et n’aime pas le fromage. Par contre, elle aime les boissons alcoolisées et en particulier le vin.

Elle fait un rêve récurrent de tomber au fond d’un trou.

Elle a peur des insectes et des chats. En fait, elle a peur de tout ce qu’elle ne peut pas contrôler. Elle a surtout peur de ne pas être à la hauteur de la tâche qu’elle s’est donnée en devenant chef d’entreprise, en particulier concernant ses responsabilités financières vis-à-vis des actionnaires de la société. Elle me dit : « Je ne supporterais pas que les gens qui m’ont fait confiance en investissant de l’argent dans ma société puissent le perdre à cause de moi. »

Elle me parle aussi de sa relation conflictuelle avec sa mère, autoritaire et possessive, mais qu’elle parvient maintenant à tenir à distance.

Puis elle ajoute spontanément à la fin de l’interrogatoire : « J’ai la sensation que mon coeur tourne comme un balancier, qu’il remonte quand je suis allongée dans mon lit au moment de m’endormir ou quand j’ai une insomnie. »

Dans la répertorisation, un remède me paraît correspondre parfaitement au thème astral dominé par la conjonction de Vénus au Soleil sur l’Ascendant (la personnalité) en Lion. On trouve en effet dans le regard de Sophie, qui a des yeux très arrondis, une ferme détermination, une parfaite intégrité, un sens aigu de ce qui est beau, juste, vrai.

Il ne peut s’agir que d’Aurum metallicum, avec sa thématique de la responsabilité et de l’honneur. Du reste, j’ai été étonné de ne pas retrouver ce symptôme du coeur qui tourne comme un balancier : en fait, il est à la rubrique « Chest, turning, around; as if, heart », qui correspond beaucoup mieux à la sensation que m’avait décrite Sophie que la traduction française « sensation que le coeur fait un demi-tour ».

Dans la nuit qui suit la prise d’une dose d’Aurum 200 K, elle rêve d’insectes et surtout d’un papillon qui s’échappe directement de son cou au niveau de la carotide. Le lendemain, elle va manger une glace dans un café et le garçon lui apporte une coupe surmontée d’un énorme papillon en plumes violettes!

Elle reprend instantanément confiance (le soir même me dit-elle) par rapport à ses difficultés professionnelles pourtant très préoccupantes, elle retrouve l’envie de lutter pour sa maison d’édition, elle se sent plus rayonnante, plus lumineuse, plus forte, comme elle ne l’avait plus éprouvé depuis sa jeunesse.

Depuis la prise de la dose, elle n’a plus ce symptôme du coeur qui tourne comme un balancier, qu’elle trouvait quand même gênant même s’il ne l’inquiétait pas.

Le gros abcès qu’elle avait à l’aine et qui était très douloureux a percé tout de suite après la dose et a déversé sans discontinuer un pus fluide et abondant. Au bout d’un mois et demi, un pus moins dense mais nauséabond ressemblant à du sébum s’est écoulé de temps à autre et uniquement à la pression de la main, puis a fini par se tarir complètement. La zone reste rouge mais n’est plus gonflée. Par ailleurs, aucun nouvel abcès n’est apparu et elle ne ressent plus aucune douleur.

Photos: Wikimedia Commons
Aries reworked from old astrology chart; Sagredo
Darica Lion; Nevit Dilmen

Catégories: Général
Mots clés: homéopathy, astrologie,
Remèdes:

partager avec un ami

Posts: 3
Comment
Signes du zodiaque et remèdes homéopathiques; le bélier et le lion
Reply #3 on : Wed July 20, 2011, 22:35:19
Je pense que la suite sera publiée sur Interhomeopathy.
Merci pour votre appréciation !

Posts: 3
Comment
homéopathie et signes zodiacaux
Reply #2 on : Tue July 19, 2011, 17:42:19
avez-vous d'autres articles sur les signes du zodiaque autre que le bélier et le lion ?

je vous en remercie

Posts: 3
Comment
L'astrologie et l'homéopathie
Reply #1 on : Tue July 19, 2011, 15:02:01
super belle lecture j'ai adoré, merveilleux.
j'ai écrit un livre sur les 12 sels de Schuessler et les douze signe astrologique enfin quelqu'un qui pense un peu comme moi !

Merci

Marie-Lise
www.energiesante.ca

Envoyer un commentaire

  • Champs marqués avec un * sont obligatoires.