2012 Octobre

Matière Médicale d'Ara macao

de Jacques Lamothe

Ara Macao

Ara rouge

Perroquet écarlate

Anglais : Scarlet macawscarlet macaw

Perroquet. Etymologie : paroquet, de Perrot, dimin. de Pierre, XIV° (comme Margot la pie, et parrot en anglais). A remplacé papegaut, de papegaï, de l’arabe babaga – couleurs mélangées – d’où papagayo en espagnol.

Macao (macaw, en anglais) vient du maya « wok » : oiseau mythique et divin venu du ciel, messager des dieux car utilise le langage humain et animal.

 Plumage aux couleurs magnifiques, bleu + rouge + jaune.

C’est le perroquet le plus grand et le plus beau.

Amérique du sud.

Vit en grands groupes (20-X00 individus), oiseau extrêmement social.

Pas de lutte pour trouver un partenaire. Monogame, fidèle « pour la vie » (les perruches, petits perroquets – lovebirds en anglais – sont le symbole de l’amour fidèle et tendre : elles roucoulent collées l’une à l’autre à longueur de journée). Les aras recherchent le contact physique pour dormir.

Cris fréquents pour s’appeler, sons très différenciés. Oiseau bruyant, très bavard.

Habitat : forêts basses, cime des arbres. Sédentaire.

Régime : végétarien exclusif.

Menacé par endroits par la déforestation, la capture, les insecticides.

Vit longtemps (100 ans) : symbole de grande expérience de la vie, du « vieux sage » de Jung.

Proving : Jonathan SHORE, sept. 2000. À partir de plumes.

La souffrance principale d’Ara macao réside dans le conflit entre le besoin de rester soi-même et celui de s’intégrer dans son groupe.

Son groupe, ce peut être la famille, la société, l’entreprise, etc.

Sa guérison passera par la réussite d’un équilibre, un moyen de concilier les deux désirs. Tant qu’il n’y parvient pas, il souffre en ressentant une scission, une déchirure, une rupture intérieure. Une patiente a eu la sensation d’être « comme un perroquet sauvage qui vit en cage sans qu’on lui prête attention, ni qu’on respecte ses désirs. »

D’un côté, lui ; liberté de s’exprimer

Remède qui a le plus besoin d’être soi :

-          de rester lui-même, dans le groupe

-          d’exprimer son originalité, son individualité par la parole

-          d’affirmer sa vérité personnelle

-          d’exposer son authenticité

-          de faire profiter le groupe de sa créativité

-          d’être vrai et de coopérer

Ceci est différent de l’égoïsme, de l’égocentrisme car il est ouvert. C’est aussi différent d’un problème d’identité : il sait qui il est, le problème est de pouvoir s’exprimer. Egalement différent de Corvus qui recherche plus la protection de l’individualité que de son expression sociale et qui en outre est bien plus fier, réactif et violent.

De l’autre, le groupe ; intégration au groupe avec ses contraintes

-          c’est quelqu’un d’ouvert, de communicatif, loquace, à l’aise

-          qui sait qu’il doit faire attention aux autres

-          qui a le sens du groupe, de la famille, fait confiance

-          capable d’être responsable

-          qui aime les autres, l’amitié et le contact physique (embrassades)

-          qui a le désir de faire partie intégrante du groupe, d’être intéressant et accepté, de cadrer, en s’adaptant, en se conformant à ce qu’on attend de lui, sans perturber, travailleur zélé

-          qui a tendance à donner plus qu’à recevoir, à céder, à renoncer

-          il a peur d’être : mal vu, original, trop différent, incorrect, inacceptable, dérangeant, extravagant, scandaleux, rejeté

Enfants aggravés par une éducation rigide en famille ou en classe (ex. : haute société).

Adultes aggravés par des règles strictes et rigides de la société ou d’un groupe.  

Maladresses en société, ne sait pas s’y prendre correctement pour exprimer ce qu’il pense.

Honteux de sa présentation, de son comportement.  

Bavard +++, mais nécessité de se retenir de s’exprimer, car il pense que sa vérité est inacceptable, il craint d’être critiqué ou jugé inconvenant.

Une partie de la personne reste secrète, refoulée à l’intérieur ; c’est une partie naturelle, spontanée, authentique, artistique, un peu extravagante. Doute de la valeur de ce qu’elle apporte en consultation, n’ose pas aborder ses vrais sentiments, vit l’interrogatoire comme une torture. Capacité à observer sans s’impliquer dans les situations.

Evite toute confrontation. Se soumet devant des individus difficiles, se laisse influencer, accepte la réalité de l’autre de façon très consciente, accepte les choses comme elles sont, songe que la situation ne peut pas changer, ce qui ne l’empêche pas de souffrir moralement, d’être tendu et malade. Tolère des choses qu’il ne devrait pas tolérer.

Capable de se maitriser, accepte de se retenir, comme s’il était séparé de lui-même.  

Médiateur, relations publiques.

Sensation de perdre son masque, d’être humilié.

Sensation de donner plus que de recevoir.

Sensation d’incapacité à donner son affection.

Sensation d’être divisé, écartelé, d’être dédoublé, en dehors de son corps.

Nerveux, tendu à l’intérieur, incapable de ne jamais se détendre.

Sensation comme drogué, qu’il est sur des montagnes russes.

Rêves : des tropiques, colorés et lumineux, d’eau claire – Sensation de paix, de plaisir, tout semble magnifique, aime et se sent aimé.

Rêves de réunions, de son meilleur ami, de la famille.

Rêves affreux, témoin de brutalités, d’assassins, d’Al Capone, de gens écorchés, qu’il se noie.

Rêves prémonitoires.

Peur des accidents.

Attrait pour les couleurs vives, surtout le rouge et le bleu, qui le charment.

Guérison : le remède remet la personne en contact avec son individualité, son moi intérieur, lui procurant plus d’assurance et de paix. La couche extérieure de doute par rapport aux autres est partie, ce qui l’encourage à dire sa vérité, d’une façon telle qu’elle sera acceptée, sans se préoccuper de l’effet que cela va faire sur les autres. Le remède aide ainsi à progresser vers l’individuation jungienne.

Signes physiques :

-          Incoordination, maladresse : fait tomber les objets de ses mains, se cogne aux meubles, trébuche en marchant / très bien coordonné dans ses mouvements et sensation de légèreté du corps.

-          Neuropathies périphériques (J. SHORE), engourdissements.

-          Sensation de tensions dans le corps.

-          Tachycardie, sensation de chaleur.

-          Céphalées frontales.

-          Gonflement des lèvres.

-          Douleur de la hanche gauche jusqu’au pied.

-          Grande faim souvent.

-          Désirs : fruits, noix, graines, bananes et viande.

Photo: Wikimedia Commons
Two Scarlet Macaws; Cburnett

 

 

Catégories: Remèdes
Mots clés: matière médicale, Ara macao
Remèdes: Ara macao

partager avec un ami

Posts: 1
Comment
ara macao
Reply #1 on : Mon October 01, 2012, 15:27:00
Bonjour,
J'ai soigné une patiente avec ce remède, je l'avais trouvé par la méthode de Sankaran.
Elle avait un symptôme récurent: étant coiffeuse, dès que son moral baissait, elle prenait ses ciseaux et se taillait les cheveux très très court....
merci pour cette mat med.
Cordialement

Envoyer un commentaire

  • Champs marqués avec un * sont obligatoires.